L'amour caché de Charlotte Brontë, Jolien Janzing

Publié le par LadyRomance

Publié le 16 mars 2016 aux Éditions de l'Archipel, 328 pages, 22 euros.

Thèmes : XIXe siècle - Belgique - Sœurs - Amour - Scandale - Adultère - Biographie...

En 1842, Charlotte et Emily Brontë quittent leur Yorkshire natal pour parfaire leur français à Bruxelles.
D’un naturel enjoué et curieux, Charlotte rêve de conquérir sa liberté. Sur place, elle et sa sœur font connaissance de Claire Heger, la directrice du pensionnat qui les héberge, et de Constantin, son époux, qui y enseigne le français.
Charlotte voit en cet homme le symbole de l'intelligence et de la virilité. Ce maître, qui joue de son pouvoir sur ses jeunes élèves, devient vite l'objet de ses fantasmes, tant intellectuels, physiques que sentimentaux.
Le retour en Angleterre est rude, d’autant qu’avant son départ Constantin lui a avoué qu’il partageait ses sentiments. Charlotte n’aura dès lors qu’une idée : fuir et retourner à Bruxelles pour vivre sa passion, quitte à s’y consumer…
Une histoire d’amour, teintée de scandale, qui inspirera à Charlotte Brontë, son chef-d’œuvre, Jane Eyre - Mr Rochester devenant le double romanesque de Constantin Heger.

mon avis

L'amour caché de Charlotte Brontë a été pour moi une lecture en demi-teinte. Je n'ai pas aimé que le récit soit à la troisième personne dans le style qu'a utilisé l'autrice consistant à s'adresser directement à nous, lecteurs. Je n'ai pas compris ce choix qui nous éloigne plus de l'héroïne qu'elle ne nous en rapproche alors que le prologue laisse entendre que Charlotte allait se raconter elle-même comme l'indique ses deux dernières phrases : "Alors elle le lui dit. Elle lui dit tout."
Par ailleurs, j'ai été déconcertée par les épisodes concernant le Roi Léopold et la jeune Arcadie me demandant quel était le rapport avec Charlotte, si à un moment donné les deux histoires allaient se rejoindre. Eh bien l'une n'a rien à voir avec l'autre ou bien je n'ai pas compris non plus ici le truc si ce n'est que Charlotte aperçoit deux ou trois fois la très belle Arcadie que sa mère pousse à devenir la favorite du roi. Ceci dit, cela n'a pas été inintéressant car je ne connaissais rien de cette histoire.

Au sujet du récit sur Charlotte, j'ai été étonnée que sa sœur Emily soit présentée comme totalement désintéressée de son séjour à Bruxelles car dans mes souvenirs des biographies que j'ai lu, elle envisageait autant ou presque que Charlotte de parfaire son français dans le but d'enseigner dans une école qu'elles ouvriraient. Ici, Emily semble s'être véritablement sacrifiée pour accompagner Charlotte sans autre but. Alors, je ne sais pas quoi penser de cet aspect-là.
En revanche, j'ai beaucoup apprécié le récit concernant la passion entre Charlotte et son "Monsieur" car c'est tout à fait comme cela qu'on peut se l'imaginer. "Monsieur" n'est autre que Constantin Heger, son professeur, mari de la directrice. Je trouve que Charlotte est bien décrite dans son désir d'émancipation, dans son sentiment de vouloir se libérer d'une vie dans le Yorkshire sans exaltation ni passion. Elle m'a paru assez moderne pour l'époque mais ses illusions qu'elle porte sur un amour exclusif au sujet d'un homme marié avec enfants et une vie de professeur bien rangée auront raison d'elle.
En bref, L'amour caché de Charlotte Brontë ne m'a pas totalement convaincu mais reste une lecture assez agréable concernant cet épisode de passion amoureuse suffisamment forte pour lui avoir donné matière à écrire l'un des romans les plus romantiques et appréciés encore de nos jours, je veux évidemment parler de Jane Eyre
.

Emily Brontë ne se projette jamais dans l'avenir, car dans l'avenir elle n'attend strictement rien. Quant au présent... Qu'est-ce qui, dans le présent, serait susceptible d'éveiller, fût-ce l'espace d'un instant, son intérêt ? Elle psalmodie les mots français et les règles de grammaire à la façon dont une religieuse égrènerait son rosaire. Sa conscience finit ainsi par se réduire à une membrane si mince que le présent se dissout dans la brume.

Le désir de Charlotte est intense, il s'impose à elle avec obstination : tout en griffes et hurlements, pareil à un chat affamé qui vous tourne autour des chevilles pendant que vous préparez le repas. Monsieur, monsieur. Regardez-moi. Elle brûle de le toucher. Elle brûle de le sentir.

Elle attend un mot de lui, mais combien de temps peut-on supporter d'attendre qu'une voix s'élève au beau milieu d'un désert de silence ?

Publié dans Roman historique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article