Une saison à Longbourn, Jo Baker

Publié le par Joyce

Une saison à Longbourn, Jo Baker

Sur le domaine de Longbourn, vivent Mr et Mrs Bennet et leurs vénérables filles, en äge de se marier.
A l'étage inférieur veillent les domestiques. Personnages fantomatiques dans le célèbre roman de Jane Austen, Orgueil et préjugés, ils deviennent ici des êtres de chair et de sang qui, du matin au soir, astiquent, frottent, pétrissent et vivent au rythme des exigences et des aventures de leurs bien-aimés patrons. Mais ce que les domestiques font dans la cuisine, sans être observés, pendant qu'Elizabeth et Darcy tombent amoureux à l'étage, relève d'eux seuls. Une histoire d'amour peut en cacher une autre, et qui sait quel secret enfoui risque de resurgi
r.

 

MON AVIS

 

Mon avis est mitigé à propos de ce roman.

Je ne suis pas fan du récit à tendance plutôt sombre et monotone tout au long de l'histoire. Le roman dépourvu d'humour rendant l'atmosphère lourde et pesante...c'est pas trop mon truc ! J'ai été agacé aussi par l'amertume et la jalousie, voire le mépris qu'éprouve trop souvent l'héroïne à l'encontre de la famille Bennet et sa tendance à la victimisation face à la vie. Son caractère est par ailleurs complexe car elle est dotée d'un certain courage et d'une réelle audace. Sarah semble détenir en son for intérieur une volonté de s'en sortir sans savoir comment mais ancrée depuis toujours en elle qui l'entraîne d'ailleurs vers son destin malgrè une confiance parfois fragile, mais néanmoins récurente. Elle me semble au final pourvue de beaucoup d'intuition. J'ai trouvé le personnage de James très touchant par sa simplicité et sa dignité, tout comme l'évolution de la situation de l'héroïne qui lui est intimement et subtilement liée. 

Je trouve ingénieux et très réussi que le récit soit réellement l'histoire qui se déroule en même temps que celle de "Orgueil et préjugés", révélant un tout autre monde si proche dans l'espace et si éloigné dans le vécu. C'est une vraie prouesse de l'auteure mais trop poussée dans la dichotomie à mon goût.

Enfin, j'ai interrompu ma lecture du roman car il m'a donné l'envie de lire ( ce que je voulais faire depuis longtemps ! ) "Orgueil et préjugés" ce qui m'a permis  de mieux appréhender et comprendre le déroulement de l'histoire de "Une saison à Longbourn".

Au final donc, j'ai moyennement aimé.

 

Sarah entendit des bruits dans la cour, de vieux meubles qu’on déplaçait et qui raclaient sur les dalles, le tout accompagné d’un léger sifflotement. La pluie avait cessé et le nouveau s’affairait à vider la soupente de l’écurie. Sarah crut distinguer un air familier. Il voletait autour d’elle comme un papillon, l’empêchant de se concentrer sur son travail.
Sa tâche n’exigea pas une attention particulière pourtant. Sarah lavait la vaisselle dans l’office, les bras immergés jusqu'aux coudes dans l’évier en ardoise. La buée perlait sur la citerne en plomb, le robinet gouttait et l’eau, froide et graisseuse, avait tourné au gris. Polly, après avoir séché une pile d’assiettes, se dirigea vers la cuisine, chargée de son fardeau. Sarah l’entendit tirer un tabouret sur lequel elle grimpa pour la ranger sur les étagères hautes. Pendant tout ce temps, une seule chose occupait son esprit : l’inconnu dans la cour.

Aurait-elle un jour le loisir de s'occuper de ses propres affaires, de ses propres besoins et non pas uniquement de ceux des autres? Pourrait-elle un jour obtenir ce qu'elle voulait plutôt que de compter sur l'éclat du bonheur des autres pour lui réchauffer le cœur ?

Publié dans Régence

Commenter cet article

Audrey 09/10/2015 10:42

Je souhaite lire ce roman depuis un petit moment... je pense que le coté monotone et pesant de l'histoire ne me gênera pas et je suis assez curieuse de voir comment l'auteur a mis en place son histoire...En effet, c'est assez ingénieux d'avoir fait se dérouler cette histoire en même temps que celle de Jane Austen... J'ai hâte de voir le résultat !