La dernière duchesse, Daysi Goodwin

Publié le par Joyce

La dernière duchesse, Daysi Goodwin

Toutes les femmes l’envient, tous les hommes la désirent…
Cora Cash est belle, pleine d’esprit, et à la tête d’une fortune colossale. Mais sa mère rêve de la seule chose qu’elle ne pourra pas lui acheter en Amérique : un titre de noblesse.
Envoyée de l’autre côté de l’Atlantique, la jeune femme fait forte impression auprès de la bonne société anglaise et trouve un bon parti – un séduisant duc dont la propriété tombe en ruine. Dans les courants d’air qui traversent les somptueuses demeures de l’aristocratie, la délicieuse Américaine a tôt fait de déchanter.
Cet univers impitoyable regorge de pièges et de trahisons qui risquent fort de provoquer sa chute. Pour y échapper, l’enfant gâtée va devoir se métamorphoser en femme accomplie.

Si vous en avez l'occasion, "La dernière duchesse" est un roman très agréable à lire lorsque l'on apprécie les romances historiques. Une riche américaine qui débarque dans la vielle Angleterre garantie son lot de problématiques et de fantaisie. L'intrigue est assez originale et les personnages singuliers.
J'ai vraiment aimé ce roman que j'ai lu au mois de décembre dernier.

Afin d’obtenir l’effet lissé exigé par sa tenue qui la moulait comme un gant, Cora ne pouvait garder son corset à baleines habituel. Elle portait donc un sous-vêtement en peau de chamois qui avait dû être cousu sur elle de façon qu’aucune agrafe ni aucun bourrelet ne vienne déparer le tombé parfait de sa jaquette. Lorsque Cora découvrit combien cet habit rehaussait sa beauté tout en lui conférant un port de reine, elle bénit presque sa mère pour toutes les heures passées dans son corset de contention. Sa chevelure châtain était rassemblée dans un chignon assez haut qui dégageait sa nuque délicate. Quand elle ajusta son haut-de-forme, lui donnant l’angle adéquat en l’inclinant légèrement au-dessus de l’œil droit, elle se sentit enfin prête à affronter la journée qui s’annonçait. C’est seulement au moment d’ajuster sa voilette, alors qu’elle se demandait si elle allait mettre un peu de rouge sur ses lèvres, comme Mrs Wyndham le lui avait recommandé – « Juste une touche de couleur, ma chère, pour réveiller le teint » –, qu’elle pensa à sa mère, qui s’enveloppait à présent dans des flots de gaze pour dissimuler le côté de son visage dévasté. Cora savait qu’elle aurait dû aller la retrouver pour soumettre sa tenue à son approbation, mais elle ne supportait pas la vue de ses traits défigurés et, à une heure aussi matinale, Mrs Cash n’aurait pas encore revêtu son voile. Même si elle n’était pour rien dans l’accident arrivé à sa mère, Cora ne s’en sentait pas moins quelque peu responsable.

La jeune fille prit la boîte de carmin et du bout du doigt s’en tamponna légèrement les lèvres. Mrs Wyndham avait raison, une fois de plus : cette petite touche de couleur faisait toute la différence. Tout d’abord, Cora n’avait guère apprécié la façon dont cette femme l’avait examinée comme elle aurait jaugé un cheval de concours. Elle s’était sentie vaguement honteuse, lorsque sa mère s’était mise en relation avec cette personne, annonçant qu’elle était « destinée à nous introduire dans les milieux où l’on doit être vus ». Cora était presque sûre que Mrs Cash rétribuait ses services, mais elle devait reconnaître que cette Mrs Wyndham avait eu raison, pour Busvine. Le cuir souple était chaud et doux contre sa peau et, grisée par la liberté de mouvement que lui offrait sa tenue, elle se pencha pour toucher ses orteils. Quand elle se redressa, elle découvrit la boucle qui lui permettait de relever sa jupe sur le côté pour marcher. Le côté gauche de cette dernière était plus long de près d’un mètre, si bien qu’il recouvrait entièrement les jambes lorsqu’on était à cheval. L’astuce, c’était de rassembler de la main droite cet excès d’étoffe de façon à lui conférer l’air d’un drapé à la grecque et Cora s’y exerça jusqu’à obtenir l’effet désiré.

Publié dans Roman historique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

sanasan 09/09/2015 15:40

Hello
j'avais lu beaucoup de commentaires sur les forums concernant le caractère de Cora qui m'ont découragé... Mais là... Je suis de nouveau tentée :)

sanasan 10/09/2015 12:44

A vrai dire dans les comm on la décrit comme une jeune femme gâtée, irréfléchie, égoïste, et c'est assez rédhibitoire pour moi. Je n'aime pas du tout ce type d'héroïne. Bon tu me diras, c'est la jeune fille la plus riche des EU on pourrait le justifier ainsi :) Bon ceci dit ton article m'a fait réviser mon jugement. Je me laisserai surement tenter :)

LadyRomance 09/09/2015 18:45

Je ne sais pas ce que tu as lu sur le caractère de Cora mais moi, à l'époque, j'ai lu le roman avec beaucoup de plaisir sans pouvoir le lâcher pour connaître la fin. C'est pas une histoire commune qui nous est resservie toute cuite comme certains romans et son personnage très fort est très intéressant et fascinant de par la mère qu'elle a avec qui elle doit conjuguer sa vie et son choix de vie pas simple (une américaine dans la vieille Angleterre) que seule la lecture du livre nous permet de connaître.