La ferme de cousine Judith, Stella Gibbons

Publié le par LadyRomance

La ferme de cousine Judith, Stella Gibbons

Ce bijou d'humour so british, avec sa galerie de personnages savoureux, recèle un charme irrésistible à la Jane Austen !

Ruinée à la mort de ses parents, la jeune et malicieuse Flora est accueillie dans la ferme de sa cousine Judith. Mais cette étrange famille tombée du ciel manque totalement de la distinction à laquelle la jeune Londonienne est habituée. Heureusement, grâce à elle, leur vie va changer !
Un v
ent de modernité souffle sur la ferme

Stella Gibbons (1902-1989) est une grande romancière anglaise. La Ferme de cousine Judith, publié en 1932, a reçu le prix Fémina étranger. Souvent comparée à Jane Austen, Stella Gibbons est un auteur connu et reconnu dans son pays natal mais elle est peu traduite en France. Le club propose donc de la redécouvrir avec son roman le plus célèbre.

Edition Le club France Loisirs, Humour anglais, 351 pages

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

MON AVIS

Si j'ai beaucoup aimé le style au début, j'ai trouvé qu'il perdait en qualité au fur et à mesure avec des passages un peu étranges et une écriture que je ne comprenais pas vraiment !!!

Même si l'intrigue suscitait une certain curiosité, j'ai ressenti une petite distance envers l'héroïne, Flora Poste, ou les autres personnages. Je ne me suis pas vraiment attachée à elle ayant l'impression de ne pas vraiment la connaître.

Flora perd ses parents durant l'épidémie annuelle de la grippe espagnole. Son père avait toujours eu la réputation d'être riche alors qu'il était pauvre. Elle connue peu ses parents qui voyageaient beaucoup et ne passaient que deux mois par an en Angleterre. Elle ne plonge donc pas dans un profond chagrin. Elle se demande plutôt quel tournant donné à sa vie et trouver une solution pour subvenir à ses besoins. Elle part alors séjourner quelque temps chez son amie Mrs Smiling pour se donner le temps de réfléchir. Son amie devant partir ensuite en voyage, Flora décide d'envoyer plusieurs courriers espérant être accueillie quelque part. C'est ainsi qu'elle part vivre quelques mois chez les Starkadder à Froid Acceuil, de la famille du côté de sa mère qu'elle n'avais jamais rencontré jusque-là. Flora y trouve un famille nombreuse dont les membres n'osent pas vivre leur vie car ils se sentent obliger de rester auprès de leur matriarche, tante Ada Doom, qui menace de faire une attaque s'ils s'éloignent d'elle parce que lorsqu'elle avait deux ans, elle avait vu quelque chose de vilain dans la grange. Flora ayant une forte volonté, beaucoup d'intelligence et de tact, elle va brillamment transformer tout ce petit monde d'un tour de main et le lecteur suit l'évolution de ce vent de changement avec quelque curiosité.

Seulement, le rythme est quand même assez lent et les intrigues un peu plates. Ce qui apparaissait comme un grand attrait pour moi de poursuivre ma lecture était de découvrir ce qu'avait bien pu voir tante Ada de si horrible dans la grange lorsqu'elle était toute petite. Et bien, qu'elle déception que l'auteure est tout bonnement fait le choix de ne pas nous le révéler !!!???

Même s'il s'agit d'un roman d'humour so british avec des noms de lieux et de personnes toujours bien choisis et significatifs, puis des situations fantaisistes mais crédibles, j'ai trouvé que cela manquait un peu de rythme et d'attrait. Il me semble, en fait, qu'il pouvait peut-être très bien convenir aux lecteurs anglais de l'époque de la sortie de ce roman en 1932 mais pas à un large public de notre époque. Je ne saisi pas bien le choix des Editions France Loisirs qui a pu probablement vendre ce roman car Jane Austen est évoquée en quatrième de couverture comme ayant été souvent comparée à Stella Gibbons et que ce roman recèlait d'un charme à la Jane Austen : cela a dû faire beaucoup de déçues comme moi, je suppose ! Car c'est très loin des romans beaucoup plus riches et à l'humour beaucoup plus fin et subtil de Jane Austen.

Je n'ai pas vraiment été touchée par l'héroïne ni par son histoire qui me semblait tenir pour beaucoup à l'intrigue évoquée sur Tante Ada Doom dont le dénouement a été quasiment sapé car nous ignorons comment Flora s'y est prise avec elle et comment elle a résolu toutes les questions qui se posaient à son propos. Je me demande bien quel lecteur peut se satisfaire de cela et comment une auteure peut faire ce choix. Ce doit être de l'humour !!! J'en rigole encore !!! Oui, vaut mieux en rire tout compte fait !!!

Publié dans Roman historique

Commenter cet article

Kitsy 28/04/2016 19:52

Vu ta chronique, je pense que je vais passer mon tour !