Un diable en hiver, Lisa Kleypas

Publié le par LadyRomance

Un diable en hiver, Lisa Kleypas

La ronde des saisons - 3 Un diable en hiver

Qui aurait cru qu'après ses amies Annabelle et Lillian, ce serait au tour de la timide et bégayante Evangeline Jenner de se trouver un mari ? Et quel mari ! Non content d'être un débauché notoire, un aristocrate plein de morgue, Sebastian, lord St. Vincent, vient de trahir son meilleur ami en tentant d'enlever sa riche fiancée... Et c'est pour échapper aux griffes de sa famille qu'Evangeline va signer un pacte avec ce diable d'homme : en échange de sa protection, Sebastian aura sa fortune, mais il n'aura ni son corps ni son coeur...

Si vous me suivez sur Facebook, vous n'êtes pas sans savoir que je n'ai pas beaucoup aimé ce roman qui appartient à la collection "Aventures et Passions" des Editions J'ai lu pour elle. Il se trouve que l'intrigue est menée autour de scènes érotiques qui ont une part beaucoup trop grande à mon goût. L'intrigue dépend pour beaucoup de cet aspect et en patit à mon avis.

"Un diable en hiver" est le 3ème roman d'une série intitulée "La ronde des saisons" qui en compte cinq. Cette série évoque quatre jeunes filles aux personnalités différentes qui sont devenues amies et qui se sont srunommées "les laissers-pour-compte" parce qu'elles se retrouvaient toujours assises les unes à côtés des autres à toutes les soirées, à toutes les fêtes, à tous les bals donnés lors de la saison londonienne. Elles décidèrent de s'allier pour trouver des maris.

Dans "Un diable en hiver", c'est la très timide et bagayante Evangéline Jenner qui est mise en avant. Elle propose un mariage à Lord Saint-Vincent, un séducteur débauché qui vient de subir un fiasco dans l'enlèvement de la riche fiancée de son meilleur ami dans le but de l'épouser pour sa fortune car son père à lui a dilapidé toute la richesse familiale. Evangéline trouve en Lord Saint Vincent la personne idéale pour lui proposer de l'épouser contre sa protection car elle est l'héritière de son père mourant. En effet, son oncle qui en a la garde oblige Evangéline à épouser son fils uniquement pour son héritage, ce qui ne l'ennuirait pas si ce n'était que ce dernier a l'intention de rester sous le même toit que sa famille dans laquelle elle est maltraitée et subit des violences physiques et morales. Pour elle, la situation de Lord Saint-Vincent est une aubaine et le pacte équitable. L'intrigue est donc bien trouvée et bien menée. L'écriture est très fluide. Sauf, qu'au bout d'un moment, je ne voyais pas où l'auteure voulait en venir car d'une certaine façon, cela manquait de consistance et de but pour moi. Je m'en suis alors lassée et il me tardait de le terminer. Car en fait, le grand intérêt de ce roman, c'est une situation romanesque qui permet des scènes de sensualité et d'érotisme assez poussées. Et bien évidemment, le caractère extrèmement caricatural du héro est défini en fonction de cela. Ceci dit, c'est une collection qui a ses adeptes pour qui ce roman est au contraire formidablement réussi.

Pour terminer, je dirais donc que je n'ai fondamentalement rien à repprocher de particulier à ce roman. Dans le genre qui est le sien, il est très bien. Il se trouve que par goût, il ne me correspond pas. Ce n'est pas le style de lecture qui me satisfait.

— Et quels sont ces projets ? s'enquit Sébastian d'une voix languide.
— Ils veulent me forcer à épouser l'un de mes cousins, M. Eustace Stubbins. Il n'a au... aucune affection pour moi, pas plus que moi pour lui... mais il est disposé à tenir le rôle que la famille lui a assigné.
— Qui est de prendre le contrôle de la fortune de votre père à sa mort ?
— Oui. Dans un premier temps, j'ai envisagé la possibilité
d'épouser M. Stubbins, parce que je pensais que nous aurions notre propre maison... et que... l'existence pou... pourrait être supportable si je vivais loin des autres. Mais M. Stubbins m'a dit qu'il n'avait pas l'intention de s'installer ailleurs. Il veut rester sous le toit familial... et je ne crois pas que je pourrais survivre là-bas plus longtemps.
Confrontée à son silence apparemment indifférent, Evangeline ajouta d'un ton posé :
— Je crois qu'ils ont l'intention de me tu... tuer après avoir mis la main sur l'argent de mon père.
Sébastian continuait à la fixer du regard. Ce fut néanmoins d'un ton désinvolte qu'il répliqua :
- Quel manque d'égard de leur part ! Et pourquoi devrais-je m'en soucier?
Evangeline ne mordit pas à l'hameçon. Elle se contenta de soutenir son regard, avec un calme qui trahissait une force intérieure comme Sébastian n'en avait encore jamais rencontré chez une femme.
— Je vous pro... propose de m'épouser. J'ai besoin de votre protection. Mon père est trop malade et trop faible pour m'aider, et je ne veux pas être un fardeau pour mes amies. Je pense qu'elles offriraient de me recueillir, mais, même alors, il me fau... faudrait être toujours sur mes gardes de peur que ma famille ne réussisse à m'enlever et ne me force à me soumettre à leur volonté. Une femme non... non mariée a peu de recours, socialement ou légalement. Ce n'est pas jus... juste, mais je ne peux me permettre de me battre contre des moulins. J'ai besoin d'un ma... mari. Vous avez besoin d'une femme riche. Nous sommes aussi désespérés l'un que l'autre, ce qui me laisse à penser que vous accepterez ma prop... proposition. Le cas échéant, j'aimerais que nous partions pour Gretna Green sur-le-champ. Je suis persuadée que ma famille est déjà à ma recherche.
Dans le silence pesant qui suivit, Sébastian l'observa d'un regard peu amène. Il n'avait pas confiance en elle. Et après la débâcle de l'enlèvement contrarié de la semaine précédente, il n'avait aucun désir de répéter l'expérience.
Toutefois, Mlle Jenner avait raison sur un point : il se trouvait effectivement dans une situation désespérée. Comme d'innombrables créanciers auraient pu l'attester, il aimait à bien s'habiller, bien manger, bien vivre. La maigre pension mensuelle que lui versait le duc allait bientôt être supprimée, et il n'avait pas assez d'argent sur son compte pour finir le mois. Pour un homme qui ne répugnait pas à choisir la facilité, cette offre était un don du ciel. Dans la mesure où Evangeline Jenner désirait vraiment aller jusqu'au bout.

Publié dans Roman historique

Commenter cet article