Le manoir de Tyneford, Natasha Solomons

Publié le par LadyRomance

Le manoir de Tyneford, Natasha Solomons

Publié le 11 avril 2012, le roman existe aux Editions Calmann-Lévy, ainsi qu'au format poche (couverture ci-dessus) !

Thèmes : 2° guerre mondiale, juif, amour, Angleterre, nostalgie, passage à l'âge adulte...

Au printemps 1938, Elise, jeune fille juive de la bourgeoisie viennoise, est contrainte à l'exil. Elle ne sait rien de l'Angleterre, si ce n'est qu'elle ne s'y plaira pas.
Tandis que sa famille attend un improbable visa pour l'Amérique, elle devient domestique dans une grande propriété du Dorset, c'est elle désormais qui polit l'argenterie et sert à table. Au début, tout lui paraît étranger et elle se fait discrète. Mais la guerre gronde, le monde change, et Elise l'insouciante grandit. Dans ce lieu enchanteur qu'est Tyneford, la jeune fille découvre les tourbillons de l'amour et le prix du scandale...
En s'ouvrant aux autres et aux changements, Elise apprendra qu'on peut vivre plus d'une vie et que l'ont peut aimer plus
d'une fois.

                                                   °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

mon avis

J'ai beaucoup aimé ce roman particlulier et singulier. Particulier parce qu'il évoque une héroïne qui n'a pas les traits habituels d'une héroïne. Et singulier car celle-ci change littéralement de monde pour échapper à la guerre qui se profile.

Elise est une jeune femme de 19 ans au début du roman mais qui manquant de mâturité est traîtée comme une enfant avec beaucoup d'affection par son entourage familial et cela lui convient très bien car elle ne tient pas particulièrement à grandir. Mais les événements vont s'en charger pour elle en ce printemps 1938 car du fait d'être juive, cette jeune bourgeoise qui vit une vie confortable et insouciante à Vienne va voir son monde totalement se modifier. Séparée de sa famille qui la couvait jusque-là, elle doit partir pour l'Angleterre engagée comme servante dans un manoir. Elise est une jeune fille très commune et simple. A la différence de sa mère cantatrice et de sa soeur musicienne, elle n'est ni spécialement belle et mince, et ne possède aucun talents particuliers. Grâce à leur travail artitistique, sa famille va pouvoir obtenir un visa pour l'Amérique alors qu'Elise ne peut en obtenir un que pour les maîtres qui vont l'employer à Tyneford en Angleterre où elle n'a aucune envie d'aller. Nous la suivrons durant plusieurs années, d'abord au service du propriétaire et de son fils jusqu'à ce que sa situation évolue en fonction des événements. Elise grandira, mûrira, s'amincira, changera et s'attachera à ce lieu à force de travail, du contact avec ses maîtres et son amour pour le manoir et ses alentours. Elle deviendra une femme entre tristesse d'avoir été séparée des siens et espoir de les retrouver bientôt, après une guerre que tous croyaient rapide de quelques petits mois.

J'ai aimé le style qui s'adapte aux différentes périodes de vie. Plutôt dynamique et vif comme le tempéramment de la jeune fille au début de l'histoire, il devient lent et descriptif de la vie au manoir et varie selon les événements et le changement d'époque dûe à la guerre.

J'ai aimé ce lieu qui est inspiré d'un véritable manoir, celui de Tyneham dans une région reculée suffisamment du monde moderne pour avoir réellment gardée des empreintes du passé et une vie à l'ancienne. Le lieu dont s'est inspiré l'auteure pour son roman a vraiment connu la même issue que celle de Tyneford du roman, ce qui lui donne une certaine authenticité que l'on perçoit fortement.

L'auteure s'est inspirée de ses origines car ce sont ses tantes qui ont dûe partir pour l'Angleterre dans des circonstances similaires à l'aube de la seconde guerre mondiale avec des solutions plus ou moins semblables.

J'ai beaucoup aimé le personnage de l'héroïne qui en devient forcément une au cours du roman par sa simplicité, son courage, sa capacité de résilience et de renouvellement.

Le manoir de Tyneford est un roman qui m'a beaucoup touché parce que c'est un exemple de ce qu'on pu vivre réellement des milliers de personnes juives qui vivaient leur vie avec un certain statut, un confort, des amis, des habitudes, et qu'ils se retrouvaient brutalement transporter dans une autre vie où ce statut se retrouvait totalement différent passant d'une vie confortable, voire aisée à une vie de servitude du jour au lendemain. C'est intéressant de pouvoir approcher cette réalité-là. Et malgré les prévisions, nous voyons que les besoins de la guerre sont venus petit à petit dans les coins les plus reculés comme celui de ce manoir et que cela y a laissé des traces. Je ne vous en dis pas plus pour vous laisser découvrir de quelle façon si vous décider de lire ce roman un de ces jours !

 

Le manoir de Tyneford, Natasha Solomons

Vous avez de la chance, Elise. Mr. Rivers appartient à une très bonne famille qui, sans être aristocratique, est néanmoins très ancienne. Vous devez essayer de ne pas décevoir la confiance qu'il place en vous, ajouta-t-elle d'un ton qui indiquait clairement qu'elle jugeait cela impossible. Je ne veux pas vous revoir ici dans une ou deux semaines parce que vous avez trouvé ce travail trop dur. Il y a un mois, une femme qui se disait comtesse, ou quelque chose de ce genre, m'a confié qu'elle n'avait jamais mis ses bas toute seule. Sans la pénurie de domestiques que nous connaissons, je l'aurais envoyée paître. Mais ce matin j'ai reçu un mot de Mrs. Forde m'assurant qu'elle n'avait jamais eu une aussi bonne femme de ménage que cette comtesse.

Ce ne fut pas seulement la beauté du bâtiment qui me frappa cet après-midi là et bien d'autres après, mais aussi sa situation ; rares sont les endroits en Angleterre où la nature a été plus prodigue. Des bois de hêtres bordaient le jardin, et la demeure, construite sur un terrain en pente, avait la rangée de collines en arrière-plan. Une élégante terrasse courait le long de la maison d'où quelques marches menaient à une pelouse soyeuse qui descendait vers la mer. Toutes les fenêtres de la façade donnaient sur cette étendue d'eau étincelante, calme, enchanteresse. Je respirai de nouveau cet air à l'étrange odeur de thym, de terre fraîchement retournée, de sueur et de sel.

"Vous avez fichu une sacrée trouille à ces messieurs. Quand Mr. Rivers est revenu de sa promenade et a découvert qu'on vous avait emmenée, il a pris sa voiture et il a filé. On ne l'avait jamais vu rouler aussi vite. J'en ai eu des palpitations."
Mrs. Ellsworth s'interrompit et s'éventa de la main comme si elle voulait refroidir ce souvenir.
"Et quand Mr. Kit est revenu de la plage et a constaté votre disparition et celle de son père... Je ne vous dis pas...Nous étions tous bouleversés. Puis Mr. Rivers est entré comme un ouragan, vous portant dans ses bras. Mr. Kit était dans tous ses états. Il ne s’est calmé que lorsque le médecin est venu et lui a assuré qu'il s'agissait d'une crise de nerfs. D'une migraine ou d'un truc comme ça."
Bien que me reprochant d'avoir ce genre de pensées, je regrettai de ne pouvoir me rappeler le moment où Mr. Rivers m'avait tenue dans ses bras et où Kit était fou d'inquiétude. La description que m'en donnait la gouvernante faisait paraître cela fort agréable. Dommage que j'eusse gâché l'événement en vomissant sur les chaussures de de mon sauveteur.

Publié dans Roman historique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Aurélie 02/06/2016 15:22

Il est dans ma wishlist depuis quelques temps ;)

LadyRomance 02/06/2016 18:27

Ah oui, je l'ai trouvé bien tu sais ! Il m'arrive encore parfois d'y repenser, c'est dire ! Le lieu a quelque chose de spécial et d'inoubliable !

Kitsy 05/05/2016 13:11

Oh la la encore une petite pépite à découvrir, je vais attendre ton avis mais ça a l'air prometteur !