Les amants de la terre sauvage, Katherine Scholes

Publié le par LadyRomance

Les amants de la terre sauvage, Katherine Scholes

Publié le 3 juin 2010 aux Editions Belfond, 331 pages - Existe au format Poche chez Pocket 2011

Thèmes : amour difficile, passion, émouvant, grands espaces, Afrique, dangers de la vie sauvage...

En Tanzanie, en 1968. Mara a grandi en Tasmanie au sein d’une famille d’agriculteurs, sous la férule d’un père extrêmement autoritaire. Quand elle rencontre John, chasseur professionnel et propriétaire d’un lodge en Tanzanie, Mara est immédiatement séduite par l’aura d’aventure et d’exotisme qui l’entoure. À vingt-quatre ans, elle quitte sa famille et rejoint l’Afrique pour épouser John. Trois ans plus tard, la passion a laissé place à la désillusion : dans une Tanzanie tout juste indépendante, les tensions raciales sont très vives ; les safaris menés jadis dans le respect de la nature ont laissé place à de véritables massacres d’éléphants et le lodge est dans une situation financière très délicate. Sans compter que John multiplie les absences…Lors d’une énième expédition de son époux, Mara voit débarquer une équipe de cinéma qui souhaite situer son film dans les paysages enchanteurs de la savane. Bien décidée à profiter de l’occasion pour sauver le lodge, Mara ne va pas ménager ses efforts… Et tomber sous le charme du très séduisant Peter Heath, l’acteur principal. Déchirée entre cette attirance et son sens du devoir, Mara va se retrouver face un choix, forcément douloureux…

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

mon avis

Les amants de la terre sauvage est un roman tout en finesse, à l'image de son héroïne, Mara, qui a su s'adapter à la Tanzanie où le danger guète à chaque instant si l'on se montre un peu imprudent car la nature et les animaux y sont maîtres. L'ambiance nous prend dès le début. Nous nous sentons indubitablement en Afrique avec sa chaleur, son rythme et ses grands espaces sauvages.

En 1965, Mara est une jeune femme de 22 ans qui rencontre en Tasmanie, où elle est née, un homme prénommé John, un chasseur de bêtes sauvages qui vit en Tanzanie. Il a pour projet, de renouveler l'existence du lodge dont il hérite en proposant un safari photos pour en finir avec la tuerie des animaux. Mara est séduite par cet homme et ce projet qui lui permettraient de s'aventurer dans une nouvelle vie plus libre et gaie qu'elle n'a connu au sein de sa famille avec un père autoritaire, une mère effacée et plusieurs frères dont elle a dû s'occuper. Elle décide donc de l'épouser. S'ils connaissent un début de vie maritale dans l'amour avec un projet d'enfants, les affaires, elles, ne marchent pas comme ils l'auraient voulu. Pour sauver le lodge, John reprend les safaris sous forme de chasses des bêtes alors que Mara ne les supporte plus. C'est la décision de ne plus continuer à suivre son mari dans ses sorties safaris qui entame plus profondément leur relation.

A l'occasion d'une absence prolongée de John durant laquelle il n'y aura aucun moyen de le contacter, Mara voit débarquer un réalisateur qui voudrait terminer son film au lodge pour son cadre authentique et son isolement. Celle-ci se voyant proposer une belle somme d'argent accepte pour pouvoir rembourser toutes les dettes et pouvoir envisager autre chose ensuite. L'équipe de tournage et le couple d'acteurs principaux s'installent alors au lodge pour un peu plus de quinze jours. Mara tombe alors sous le charme du bel et sympathique acteur sachant que son mari l'a trompée.

Même si j'ai trouvé parfois le style un peu maladroit par moment, j'ai beaucoup aimé ce portrait de femme prise entre sa raison, ses sentiments, ses rêves, ses regrets et ses émotions. Ce qui se passe à l'intérieur d'elle est accentuée par la chaleur accablante de ce lieu et de son ambiance sauvage et hostile. Mara est assez cérébrale comme le sont beaucoup de femmes et cherche à comprendre ce qui lui arrive et pourquoi. Mais elle a surtout une sensibilité à fleur de peau et une forte envie de liberté de vivre comme les femmes pouvaient commencer à le ressentir vers la fin des années 60 entre une éducation qui vit toujours en elle et une passion soudaine qui vient l'ébranler.

Une belle et touchante histoire d'amour tout en profondeur que j'ai bien aimé !

Mara ferma les yeux. L'air nocturne était empli du parfum des frangipaniers et de l'odeur boisée de la savane qui s'étendait autour d'elle, dense et sombre. Elle imagina des pas silencieux, le bruit imperceptible de pattes de velours. Des yeux jaunes l'épiant avec attention. Elle savait qu'il était dangereux de venir ici sans aucune arme, pas même un bâton, et sans torche électrique. Mais cela lui importait peu. Elle se sentait pleine d'audace, comme si la nouvelle énergie qui circulait dans ses veines la rendait invincible.

Cela signifiait, en fin de compte, que la réalité n'était pas immuable ; elle pouvait changer, selon la manière dont on l'abordait. Et en ce cas, se dit-elle, peut-être n'était-il pas toujours possible de distinguer le vrai du faux, le bien du mal. Ou la frontière entre la vérité et le mensonge.
Peut-être tout n'était-il qu'une question de choix, de point de vue.

Publié dans Roman historique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article