Tatiana, Paullina Simons

Publié le par LadyRomance

Tatiana, Paullina Simons

Publié en 2003 aux Editions Robert Laffont, 493 pages

Thèmes : Amour - Russie - Seconde guerre mondiale - Amour impossible - Histoire...

En plein siège de Leningrad, la passion bouleversante d'une jeune Russe et d'un officier de l'Armée rouge... né en Amérique. Tatiana et Alexandre se rencontrent pendant l'été 1941, le jour où l'Allemagne de Hitler déclare la guerre à l'Union soviétique de Staline. Ils s'aiment au premier regard, d'un amour absolu, et interdit : lié par un terrible secret, Alexandre est promis à la sueur aînée de Tatiana. Ensemble, Tatiana et Alexandre affronteront tous les dangers de cette guerre qui va bientôt précipiter leur ville dans l'horreur, la famine, la peur, le froid, la mort...

mon avis

"Tatiana" est une incroyable histoire d'amour entre Alexandre, un jeune officier de l'armée rouge de 22 ans, fort et sûr de lui, et une jeune fille russe de 17 ans, frêle, au comportement encore enfantin. Leur amour est exceptionnel jusqu'à débuter le jour de la déclaration de guerre d'Hitler à la Russie. Mais cette passion sera rendue impossible car ce qu'ignorait Tatiana, c'est que cet officier n'est autre que le fiancé de Dasha, sa soeur, pour laquelle elle éprouve une profonde affection. Cependant, la raison pour laquelle cet amour est interdit est surtout du fait qu'Alexandre vit avec un terrible secret car s'il était révélé cela le condamnerait à une mort certaine. Et pour que ce secret le reste, cet amour ne pourra être dévoilé, et que le meilleur moyen pour cela, c'est qu'il ne soit pas vécu car le danger qui guette est trop grand. Comme vous pouvez l'imaginer, tout ceci ne peut que donner à cette passion plus de force et d'intensité.

L'auteure était très inspirée, à n'en pas douter, en écrivant ce roman. J'ai souvent pensé que nous étions dans de la "haute voltige". Ce sont les mots qui me venaient et la sensation que j'éprouvais tant nous sommes entraînés dans les pires situations de froid, de faim et de misère pendant la guerre, et à contrario dans une passion brûlante, réconfortante mais ravageuse entre nos héros, où nous craignons pour eux d'être découverts, ce qui mettrait fin à leur amour comme à leur vie.

L'auteure semble avoir pris le parti d'être dans le trop aussi bien dans l'intrigue que dans le contexte mais aussi dans ses personnages. Je me suis souvent agacée par l'attitude de Tatiana ayant besoin de se laisser asservir par les autres et de les faire passer sans cesse avant elle bien qu'ils n'aient pour elle ni considération ni pitié, ni reconnaissance. Par ailleurs, j'ai trouvé parfois que certaines situations étaient tellement extrêmes que je me suis posée la question de leur crédibilité. Mais une chose est certaine, c'est que tout est dans l'excès : le froid, la faim, l'horreur, la douleur, le risque, la jalousie, et à l'inverse, l'amour, la passion, le don total de soi. C'est peut-être tout cet excès qui m'a rebuté un peu car même si j'ai apprécié ma lecture pour son côté prenant et addictif, et bien que je voudrais connaître la suite, tout le côté "prise de tête" des héros et l'extrême complication de leur amour passionné, c'était un peu trop pour moi. Voyez-vous, nous ne sommes pas dans de la romance mais dans un amour tourmenté et souvent déchirant. Mais c'est bien ce qui fait la force de ce roman car nous sommes dans une histoire inédite et exceptionnelle, et à ce titre c'est une vraie réussite.

"Tatiana" est le roman idéal pour les adeptes de l'amour passionné, compliqué, douloureux, déchirant  C'est un roman qui ne s'oublie pas que celui de cette passion tourmentée mais totale dans une ambiance de désolation. C'est le contraste saisissant d'un monde de froid, de faim, de mort, courant à sa perte, et la puissance de vie émanant d'un amour brûlant et passionné qui transcendent nos héros, Alexandre et Tatiana, se révélant au fil des pages des personnages absolument hors du commun. 

 

Pourtant, là, tandis qu'elle savourait sa glace assise sur le banc, soudain il n'y eut plus de guerre: juste un magnifique dimanche de juin à Léningrad...et un soldat qui la dévisageait depuis l'autre coté de la rue. Dans une ville de garnison comme Léningrad, croiser un soldat n'avait rien d'extraordinaire. ....Le bus arriva et lui cacha le soldat. Tatiana se leva d'un bond, non pour monter dans le bus mais pour ne pas perdre de vue son soldat.

Un jour, quand elle était petite, son grand-père lui avait dit : "si tu es triste, il faut que tu te poses trois questions, Tatiana Metanova; elles t'aideront toujours. Demande-toi en qui tu crois, en qui tu espères et, surtout, qui tu aimes."
Je crois en Alexandre. J'espère en Alexandre. J'aime Alexandre.

- Je t'aime, Alexandre. Je t'aime à la folie. Mais, tu sais ... tu ne me l'avais jamais dis non plus.
- Si. Je te l'ai dit un jour et je sais que tu l'as entendu.
Elle restait immobile, pas un de ses muscles ne bougeait.
- Tu veux savoir comment je l'ai su ? reprit-il.
Elle ne répondit pas.
- Tu t'es levée de ce traîneau le jour où je t'ai ramenée de la caserne l'hiver dernier - et tu as survécu...

Publié dans Saga Historique

Commenter cet article

Kitsy 28/12/2016 14:50

Il faut absolument que je lise ce roman, même si tout est dans l'excès, c'est ce que j'aime aussi dans les romances, surtout les grandes passions comme celles-ci !

LadyRomance 29/12/2016 18:41

En fait, c'est devenu comme un classique, une référence. En tant qu'amatrice de roman d'amour passionné, c'est un roman il faut l'avoir lu, je crois !!! Après, on adore ou on aime plus ou moins !!!