Les rives de la terre lointaine, Sarah Lark

Publié le par LadyRomance

Les rives de la terre lointaine, Sarah Lark

Publié aux Editions Archipel en juin 2016. 606 pages.

Thèmes : Amour - XIX° siècle - Irlande - Famine - Bagne - Mariage de raison - Nouvelle-Zélande -

Irlande, 1846. A 17 et 19 ans, Kathleen et Michael sont amoureux. Ils ne rêvent que d’une chose : quitter leur île natale pour rejoindre les Amériques, y fonder une famille et commencer une vie nouvelle. Car Kathleen est enceinte…

Mais ces projets s’effondrent quand Michael est arrêté pour avoir volé du pain. Il est alors envoyé en Australie pour y purger sa peine. Au cours de la traversée, il fait la connaissance de Lizzie, une jeune prostituée.

Pendant ce temps, Ian Coltrane, un vendeur de bétail, demande en mariage Kathleen, inconsolable depuis le départ de son amant. Ses parents, pour éviter le déshonneur, acceptent sans hésiter. Les jeunes époux partent alors tous deux pour la Nouvelle-Zélande, dans l’espoir d’y faire fortune.

Hélas, Ian se révèle vite cupide et violent. De son côté, Michael – qui ne cesse de penser à Kathleen – est courtisé par Lizzie. Pour échapper au sort qui les attend, ils décident tous deux de s’enfuir pour la Nouvelle-Zélande.

Le destin saura-t-il réunir Michael et Kathleen ?

mon avis

J'étais très curieuse de lire ce roman de Sarah Lark depuis sa sortie. M'intéressant à cette auteure depuis la trilogie "Le pays du nuage blanc", j'étais intriguée par cette histoire qui se passe aussi en Nouvelle-Zélande mais qui ne compte qu'un seul volume celle-ci. J'ai pris beaucoup de plaisir à retrouver ce pays qui m'était devenu familier et que je redécouvrais à la même époque du milieu 19° siècle avec de nouveaux personnages et une histoire différente.

Au début du roman, nous sommes en Irlande. Les héros, Mary-Kathleen, jeune servante et Michael, travaillant dur la terre et jouant du violon dans un pub, sont bien jeunes et amoureux. La vie de leurs compatriotes dans les champs de blé qu'ils récoltent pour leur lord est faite de misère et de difficultés pour la plupart. Car si les récoltes rapportent bien au lord, celui-ci n'ayant pas conscience de la famine causée par les pommes de terre pourries avec lesquelles sont censées se nourrir les paysans sous sa tutelle. Il ignore aussi que ses quelques dons généreux sont subtilisés par le vil et égoïste contremaître. Alors, nos héros rêvent d'une vie meilleure qui nécessiterait de partir ailleurs, en Amérique par exemple, pour y construire leur propre vie, indépendante, et qu'ils devinent meilleure. Mais voilà, Mary-Kathleen tombe enceinte et Michael trouve le moyeu pas très honnête mais de bon aloi pour financer leur départ. Sauf qu'il se fait prendre et se retrouve condamner à dix ans de prison en Australie. Pour pouvoir s'en sortir et tenir la promesse faite à Michael de prendre soin de leur enfant, Kathleen n'a pas d'autres choix que d'épouser un homme qui s'avèrera jaloux et violent mais qui a l'intention de partir s'installer en Nouvelle-Zélande, pays proche de l'Australie. C'est ce qui décide Kathleen au mariage car cela la rapprochera au moins du père de son enfant avec l'espoir de le retrouver un jour.

C'est un roman que j'ai beaucoup apprécié parce qu'il nous entraîne dans plusieurs aventures dès le départ : celle de Michael aidé par une jeune prostituée qui tombe amoureuse de lui durant la longue traversée et qu'elle retrouve ensuite en Australie, et celle de Mary-Kathleen dans sa vie de famille qu'elle constituera en Nouvelle-Zélande. Et ce ne sera que le début de nombreuses aventures sur plusieurs années où l'on se déplace souvent dans ce territoire grandiose et exotique avec des européens chercheurs d'or qui viennent s'y installer s'imaginant y faire facilement fortune... et les autochtones, les maoris, un peuple relativement pacifique et généreux avec sa philosophie de vie bien différente, venu s'installer dans le pays bien avant.

Si la fin m'a paru un peu longue et la personnalité du héro masculin peu attachante, j'ai beaucoup aimé les personnages secondaires et la tournure de l'histoire à ma plus grande satisfaction... le suspens étant constant jusqu'à la fin !

Dépaysement et émotions garantis ! Aventures et romances à souhaits !

Le blé était pour les maîtres, les pommes de terre pour les valets. Et si les pommes de terre pourrissaient dans les champs, c’était aux paysans de se débrouiller ! La plupart se résignaient. La mère de Michael, par exemple, considérant cette mystérieuse maladie des pommes de terre comme un châtiment divin, cherchait à découvrir dans ses prières quotidiennes pourquoi le Seigneur était fâché au point de leur imposer pareille misère.

Elle dit que les gens ne devraient pas courir après le bonheur, mais chercher l'or dans leur propre tribu... ou avec leur tribu. Ils ne peuvent espérer que pousse ce qu'ils n'ont pas planté.

Nous avons en permanence besoin d'une montagne qui nous ancre, ici et maintenant. Mounga, ils appellent cela mounga.

Publié dans Roman historique

Commenter cet article

A-Little-Bit-Dramatic 02/02/2017 19:04

Les Rives de la Terre Lointaine, oups ! ! :D Petite erreur d'étourderie ou lapsus, je ne sais pas...bref ! ! ;) Désolée...

A-Little-Bit-Dramatic 02/02/2017 19:03

J'ai lu de tout concernant son roman. Certaines lectrices ont été enchantées, d'autres moins...je crois que les romans de Sarah Lark suscitent tous plus ou moins ça. J'ai fait une LC du Pays du Nuage Blanc l'année dernière et, si j'ai été emballée, mon binôme l'avait été beaucoup moins. Je ne savais pas trop quoi faire avec La Mer en Hiver, mais je vais peut-être finir par me lancer. ;)

LadyRomance 03/02/2017 12:27

Je comprends tout à fait cette ambivalence en lisant du Sarah Lark que l'on ressent à la lecture de ces romans qui ont quelque chose de particulier à la fois attirant mais parfois discutable. Ce qui est certain, c'est que le lieu est singulier et permet de s'évader dans un pays plutôt exotique et original se situant à une époque bien défini qui a tout de même un vrai charme.à nul autre pareil auquel on peut être sensible.!