Les lumières d'Assam, Janet MacLeod Trotter

Publié le par LadyRomance

Les lumières d'Assam, Janet MacLeod Trotter

Publié le 21 mai 2015 aux Editions Gabelire - Existe aussi aux Editions France Loisirs et chez Pocket Editions sorti le 26 mai 2016

Thèmes : Amour - Drame - Voyage - Inde - Angleterre - Début XXème - Roman historique...

De l'Inde luxuriante aux quartiers sordides de Newcastle, de l'existence privilégiée des colonies aux combats des suffragettes, l'itinéraire d'une femme déterminée et courageuse, décidée à se battre contre l'adversité pour assurer son indépendance.

Clarrie Belhaven vit une jeunesse idyllique sur la plantation de thé indienne de son père, avec sa soeur Olivia. Mais l'alcoolisme et les dettes de ce dernier mettent en péril leur patrimoine et, lorsqu'il meurt brutalement, les jeunes femmes se retrouvent démunies. La fière Clarrie ayant rejeté l'aide de leur voisin, le séduisant Wesley Robson, les deux soeurs doivent quitter l'Inde et rejoindre leur cousin, tenancier d'un pub, en Angleterre. Transformée en esclave domestique par l'épouse de celui-ci, Clarrie va tenter d'échapper à son emprise en se faisant engager comme gouvernante chez un avocat. Mais la réapparition d'un homme de son passé risque de tout bouleverser...

mon avis

Les lumières d'Assam est un roman coup de coeur. Il est un vrai divertissement.

L'histoire est celle de Clarissa et sa jeune soeur qui vivent avec leur père dans la plantation familiale de thé en déclin à Assam en Inde en 1904. En effet, depuis que sa femme, métisse indienne, est morte dans un tremblement de terre sept ans auparavant, Jack Belhaven noie son chagrin dans l'alcool. Clarissa s'inquiète de la ruine qui les guète et tente en vain de mobiliser son père pour que les affaires reprennent. C'est dans ce contexte inquiétant qu'elle rencontre Wesley Robson débutant dans le commerce du thé dont la famille est l'ennemi de toujours des Belhaven selon Jack. Même si les deux jeunes gens s'intéressent l'un à l'autre, les événements font que les difficultés financières  préoccupantes des Belhaven deviennent dramatiques avec la mort soudaine de Jack. La perte de la plantation est inévitable et les deux jeunes soeurs n'ont d'autres solutions que de trouver de l'aide auprès d'un cousin et de sa femme résidant à Londres. Ceux-ci les acceuillent en réalité pour les exploiter et travailler pour leur seul bénéfice en les réduisant quasiment à l'état d'esclave. Clarissa va alors déployer beaucoup de courage dont elle ne manque pas pour toujours garder à ses côtés sa jeune soeur totalement dépassée et apeurée par la situation et tenter de les en sortir coûte que coûte. C'est une histoire qui se déroule sur une quinzaine d'années et qui se lit avec beaucoup de plaisir. On ne s'ennuie pas une seconde dans cette histoire qui sort un peu de l'ordinaire dans un soucis de réalisme dans le contexte difficile que vivent les deux soeurs à savoir, comment peuvent-elles sans aide subvenir à leur propres besoins en partant de rien dans une époque qui commençaient tout juste à évoluer pour les femmes ?

J'ai beaucoup aimé le fait que l'on soit dans l'action avec une trame peu conventionnelle sous de nombreux aspects. Mais j'aurais souhaité aussi pour tout vous dire que l'on puisse profiter d'un aspect plus léger, plus réjouissant en poursuivant ma lecture avec un retour en Inde par exemple pour voir évoluer également l'héroïne dans une vie plus facile et nouvelle. Mais ce ne fut pas le cas. Oui, j'aurais aimé que cela prenne une autre direction avant que ce ne soit la fin pour profiter un peu encore des personnages lorsque tout va mieux !!! Cela prouve que les personnages étaient attachants et que j'étais pleinement dedans !

Avec Les lumières d'Assam, j'ai passé un très agréable moment de lecture que j'aurais bien poursuivi encore avec une suite ! Cela m'a donné envie de découvrir d'autres romans de cette autrice, c'est certain !

Les lumières d'Assam, Janet MacLeod Trotter

L'arôme des feuilles brunes, fort et terreux, évoquait une chaleur humide. Le sachet suivant était plus parfumé, le troisième contenait du thé fumé et le quatrième offrait un mélange de feuilles de qualité inférieure. Fermant les yeux, elle revit les méandres sombres du Brahmapoutre, les collines plantées de pluie. Elle ouvrit un dernier sachet et inhala. Aussitôt, son délicat parfum épicé lui rappela le bois de santal et le chêne, l'eau de source et la brume matinale. Elle fut saisie par une nostalgie douce-amère. C'était le parfum de Belgooree.

Il avait le sourire de Kamal. Mais avant même sa visite surprise, je m'étais remise à penser à Belgooree et à en éprouver le manque.
- L'Inde a le pouvoir d'envoûter. Tous les endroits paraissent ternes en comparaison.
- Vous aussi, vous le ressentez ?
Il hocha la tête.
- Quand on l'a connue, on a du mal à s'installer ailleurs. Mais je croyais que vous étiez heureuse au salon de thé ? Will m'a raconté à quel point il comptait pour vous.
- J'y suis heureuse. Les dernières années ont été une lutte de chaque instant, mais les choses s'améliorent. Et je ferais tout pour que ça dure.
Il lui sourit.
- Voilà qui ressemble davantage à l'esprit combattif des Belhaven.

Publié dans Roman historique

Commenter cet article