A l'ombre de nos larmes, Eric Le Nabour

Publié le par LadyRomance

A l'ombre de nos larmes, Eric Le Nabour

Publié aux Editions France Loisirs en 2013, 354 pages - Publié le 3 septembre 2014 aux Editions Calmann-Lévy

Thèmes : Suspense - Histoire de Famille - Orpheline -Relation Amoureuse - Secret - Femme Médecin...

À quatre ans, Jeanne perd ses parents dans l'incendie de leur maison de l'île aux Moines et se réfugie dans le silence. Seule la bienveillance du docteur Mérieux réussit à la sortir de son mutisme. Jeanne grandit et devient médecin à son tour. Installée à Loctudy, son humanité et ses compétences font merveille. Sa réputation s'étend jusqu'à Nantes. Un jour, elle est contactée par un journaliste : selon lui, la mort de ses parents ne serait pas accidentelle...

mon avis

Lorsque j'ai emprunté ce roman à la bibliothèque, je ne savais pas trop à quoi je devais m'attendre. La 4 ème de couverture ne m'évoquait pas vraiment de quel genre il s'agirait. Et je ne regrette pas du tout d'avoir tenter cette lecture car cela faisait longtemps que je voulais lire un roman dans lequel il y aurait quelque chose de l'ordre d'une enquête tout en évoquant une histoire de coeur.
A l'ombre de nos larmes se passe en Bretagne où Jeanne âgée de 4 ans a perdu ses parents dans l'incendie de leur maison sur l'île aux Moines auquel elle a réchappé mais choquée, elle est entrée dans un mutisme. Elle est confiée à son oncle et sa tante qu'elle ne connais pas et qui la maltraitent. Un journaliste envoyé par son directeur de presse fait une enquête sur cet événement qui ne lui semble pas accidentel. A 8 ans, Jeanne est recueillie par un docteur et sa femme qui l'adopteront et elle deviendra plus tard médecin. Nous suivons son évolution sur environ les trente premières années de sa vie.
J'ai beaucoup aimé ce roman. Ce n'est pas du tout le genre de roman que je lis d'habitude mais je ne me suis pas ennuyée une seconde et j'ai beaucoup apprécié la plume de cet auteur. Même si ce n'est pas policier, il s'agit d'une sorte d'enquête, informelle, sur plus de deux décennies interrompue par la première guerre mondiale. L'histoire est réaliste et les personnages très intéressants, notamment Jeanne dans sa psychologie et sa reconstruction grâce à l'amour qu'elle reçoit de ses parents adoptifs et d'une nourriture intellectuelle qui vient répondre à sa précocité.
Vous l'aurez compris cette lecture est un roman coup de coeur.

A l'ombre de nos larmes, Eric Le Nabour

Des petites gens... C'était leur mot entre eux. Ils vivaient en vase clos, toujours geignant, toujours le fiel à la bouche pour insulter le ciel ou le prix du blé, ricaner du curé ou des infirmes qu'ils croisaient le dimanche en allant à la messe. Et c'était comme si le Seigneur, les ayants faits "petits", leur avait octroyé la permission d'en vouloir à la terre entière.

En son fort intérieur, elle s'était alors découvert une force étrange, une sorte d'instinct de survie qui la défendait contre l'adversité. Une volonté farouche de ne pas se laisser dominer. Lorsque venait le découragement, lorsqu'il se glissait en elle et commençait à lui ronger l'âme de l'intérieur, elle trouvait au fond de son être des ressources insoupçonnées pour tenir son mal à distance.

L’espoir d’être heureux un jour les rendait inattentifs à la médiocrité de leur quotidien. Mais Jeanne savait bien, au fond d’elle-même, que ce mot bonheur dont elle ignorait encore le sens exact ne correspondait pas à cet égoïsme savamment dosé, qu’il exprimait quelque chose de bien plus grand que ces aspirations de "petites gens".

Publié dans Roman historique

Commenter cet article

Audrey 26/05/2017 14:17

Je connais l'auteur du nom car il me semble que les éditions Charleston ont publié un de ses romans, La Dame de Kyoto, en poche il y a quelques mois à peine. Il faudra que je tente un de ces romans un jour, pourquoi pas celui là ! ;)