Une chanson pour Ada, Barbara Mutch

Publié le par LadyRomance

Une chanson pour Ada, Barbara Mutch

Publié le 1er mai 2013 aux Editions Presses De La Cite, le 16 avril 2015 chez Pocket Editions

Thèmes : Afrique du Sud - Apartheid - Racisme - Amour Maternel - Amitié - Amour...

Dans l'Afrique du Sud de l'apartheid, le destin remarquable de deux femmes unies par une amitié défiant toutes les barrières culturelles, générationnelles et raciales.

Ada naît dans les années 1930 à Cradock House, demeure de la famille Harrington. Fille illégitime de la domestique noire, elle grandit aux côtés des deux enfants du couple. Elle ne va pas à l'école, mais Cathleen Harrington, la maîtresse de maison, lui apprend à lire. Remarquant son intérêt pour la musique, cette dernière entreprend de lui enseigner le piano, en dépit des réserves de son entourage.
Ada a beau s'avérer une élève assidue et une pianiste très douée, ses perspectives d'avenir semblent cependant bien limitées dans un pays où la situation entre Blancs et Noirs se durcit de plus en plus. L'année de ses dix-huit ans, alors que la politique de l'apartheid est mise en place sur l'ensemble du territoire, Ada est violée par Mr Harrington. Enceinte, elle se réfugie chez sa tante, dans un township. Son talent pour la musique et l'amitié qu'elle partage avec Mrs Harrington vont se révéler ses meilleurs alliés dans un monde où, mère d'une enfant métisse, elle n'a nulle part sa place.

mon avis

En lisant la 4° de couverture de Une chanson pour Ada, je ne m'attendais pas à la profondeur qu'allait prendre cette lecture. Ce fut très riche. Cela traite à la fois d'amour, d'amitié, de courage, de survie, des conséquences évidentes des actes des uns sur le vécu des autres et des conséquences plus subtiles que l'on ne devine qu'à la fin de sa vie, voire dont on ne se rend compte jamais pour certains...
Cela parle aussi du racisme, de l'apartheid, de la place, au fond, que chacun occupe sur cette Terre, déterminée  selon des critères incompréhensibles comme celui de la couleur de peau. Et lorsque l'on est métisse, cela devenait à l'époque encore bien plus compliqué, n'appartenant ni à un peuple ni à un autre. Bref, il y a tout cela dans ce roman et même plus...
Car c'est aussi la destinée de deux femmes : Mrs Cathleen venue d'Irlande en 1919 pour épouser Edward Harrington et s'installer à Karoo, une région désertique de l'Afrique du Sud à Cradock House où elle se lie d'amitié avec sa domestique noire. Mais c'est surtout pour la fille de cette dernière, Ada, qui naîtra sans père en 1930, qu'elle va se prendre d'affection.
Ada grandit plus ou moins agréablement auprès des enfants de ses maîtres consciente des différences dont les événements vont accentuer la teneur au fil du temps.  Il y a Mr Phil, un garçon charmant et ouvert qui apprécie beaucoup la compagnie de Ada et miss Rosemary, tout le contraire de son frère, orgueilleuse, ingrate et raciste.
Cathleen voit en Ada tout ce que sa fille n'est pas et devant les grandes capacités qu'elle perçoit chez elle décide de l'instruire. Elle s'avèrera  particulièrement douée pour le piano, un instrument cher à Cathleen qui adore en jouer. Les choses commencent à se gâter quand Mr Phil doit partir à la guerre qui frappe l'Europe. Ensuite, nous plongeons dans l'histoire de toute la vie de ses deux femmes dans un pays qui va connaître l'horreur de la ségrégation entre deux peuples alors que ses deux femmes vivent la situation inverse.
J'ai beaucoup aimé le ton du récit avec Ada qui en est la narratrice car sa simplicité et la compréhension de ce qui se passe de sa hauteur avec ses manques, sa désinformation mais portée par la bonté naturelle de son coeur, son ouverture et son intelligence prend une dimension très appréciable empreinte de réalisme. Le récit est entrecoupée de façon très opportune par la voix de Cathleen dont on connaît les pensées et sentiments grâce à un journal intime qu'elle tient. Il y a aussi ce grand rôle qui est donné à la musique avec le piano qui devient un instrument comme un ami aidant à surmonter toutes les épreuves rythmant le vécu.
Pour toutes ces raisons et parce que je me suis sentie véritablement au coeur des événements à l'époque de l'apartheid en Afrique du Sud tout en étant dans la douceur apportée par l'amour et l'amitié interraciale, filiale aussi, dans la simplicité et la beauté du quotidien mêlées à l'inacceptable, ce roman est un coup de coeur.

Une chanson pour Ada, Barbara Mutch

Peut-être la guerre vous faisait-elle apprécier les choses et les gens plus qu'en temps de paix, où vous ne pensiez jamais en être un jour privé.

C'est étrange qu'au moment où le nouveau mot apartheid force les Blancs et les Noirs à rester à l'écart les uns des autres je porte un enfant dont la couleur est entre les deux, comme l'eau brune du Groot Vis.

J'ai compris alors que la musique - la vie peut-être ? - dépend moins de la qualité de l'instrument ou de l'interprète que de l'intensité mise à son exécution.

Publié dans Roman historique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article