La maison de l'orchidée, Lucinda Riley

Publié le par LadyRomance

La maison de l'orchidée, Lucinda Riley

Publié en Avril 2013 aux Editions France Loisirs, 750 pages.

Thèmes : Pianiste - Thailande - Journal Intime - Secrets de Famille - Angleterre - Seconde Guerre Mondiale...

Dans son enfance, Julia Forrester a passé des moments idylliques dans la serre de Wharton Park. Un immense et magnifique domaine où son grand-père était chargé de prendre soin des orchidées.

Des années plus tard, Julia est devenue une pianiste de renommée mondiale. Alors qu'elle fait face à une tragédie personnelle, la jeune femme revient sur les traces de son enfance et renoue avec Christopher, l'héritier de Wharton Park.

Un journal intime, écrit dans les années 1940 par le grand-père de Julia, est découvert lors de travaux de rénovation. Quels mystères renferment ces pages ? Dans les méandres de l'histoire de deux familles ravagées par la guerre, Julia va découvrir de sombres secrets qui vont bouleverser sa vie.

 

mon avis

La maison de l'orchidée est une histoire sur deux époques comme sait si bien les mener Lucinda Riley.
L'histoire est celle de Julia, une pianiste virtuose de 31 ans, qui tente de se remettre d'un drame familial, un accident de voiture survenu près de son domicile dans le sud de la France, dans lequel elle a perdu son mari et son petit garçon de deux ans.
Elle trouve alors refuge dans un cottage à Forrester, un village côtier en Angleterre, pour se rapprocher de sa soeur de trois ans son aînée et mère de famille.
C'est lors d'une visite à la grande maison de Wharton Park dans la région de Norfolk où elle venait passer ses vacances d'été lorsqu'elle était enfant dans le cottage de ses grands-parents, domestiques de la propriété, qu'elle trouve un journal intime qui la mène vers le passé et les secrets des maîtres des lieux dans les années 40.
Une fois de plus, je suis totalement séduite par un roman de Lucinda Rley qui prend le temps avec talent de mettre toute son histoire en place, aussi bien celle du présent que celle du passé, et comme à chaque fois, j'ai hâte quand je lis l'une des histoires de découvrir la suite de l'autre. Car on ne s'ennuie pas une seconde.
Malgré quelques faiblesses de style par moment inhabituels concernant l'autrice et qui sont peut-être dûes à une traduction défaillante, le roman est très agréable à lire car Lucind Riley sait bien mener sa barque et nous présente ici un personnage fort intéressant dans ce genre de roman de secrets de famille avec un héritier qui se cherche dans cette époque qui commence avant la seconde guerre mondiale. Une époque charnière comme nous le savons entre tenir un rôle avec ses traditions à perpétuer et des responsabilités à assumer face à l'envie de vivre sa propre vie faite de ses propres choix. Même s'il s'agit d'un thème que nous connaissons déjà, l'autrice le traite ici avec beaucoup de doigté et d'originalité.
Ce que j'ai particulièrement apprécié, c'est que l'autrice nous fait voyager dans la Thaïllande des années d'après-guerre entre les plages paradisiaques et surtout Bangkok. C'est le genre d'histoire que j'adorerais voir en images autant pour l'exotisme des lieux décrits que pour Wharton Park dans les années 40 et à notre époque. Et puis, les héros vivent tellement de choses que le récit et les rebondissements seraient du plus bel effet car c'est à la fois profond,  touchant, dépaysant et divertissant.
Ce que j'aime beaucoup chez Lucinda Riley, c'est qu'elle va jusqu'au bout de son histoire, de ses histoires plus précisément car elle en mène plusieurs avec brio.
Une fois de plus comme vous pouvez le constater, je suis absolument conquise.
 


 

La maison de l'orchidée, Lucinda Riley

On dit, dans la province du Siam, qu'un homme qui tombe amoureux d'une femme, profondément, passionnément, irrévocablement, est capable de tout pour la garder, la combler, pour paraître plus valeureux que tous les autres hommes a ses yeux.

C’est alors que son regard fut attiré par un stand rempli de magnifiques orchidées aux couleurs vives et à l’odeur délicate. Il s’arrêta devant pour regarder les plantes qu’il n’avait jamais vues pour la plupart.

- Aucun d'entre nous ne contrôle réellement sa vie, même s'il nous faut du temps pour nous en rendre compte, et c'est alors souvent dans la douleur. Mais, plus tôt on le réalise, plus vite on pourra essayer de profiter de chaque jour comme il vient et tirer le meilleur parti de la vie.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article