Les damnés de Paris, Marie Jaffredo-Heliporn et Michaël Le Galli

Publié le par LadyRomance

Les damnés de Paris, Marie Jaffredo-Heliporn et Michaël Le Galli

Publié aux Editions Vent d'Ouest le 12 mars 2014, 120 pages.

Thèmes : Bande Dessiné - Amour - Drame - Orphelin - XIXème siècle - Paris...

Paris 1869. Constance Desprez arrive de province à la gare Saint-Lazare. Décontenancée par la foule et l'agitation de la capitale, elle parvient à surmonter ses craintes, portée par un seul objectif: retrouver son fils, placé dès sa naissance dans un orphelinat. Pour l'aider dans sa quête elle s'appuie sur Darius,gavroche espiègle, et sa parfaite connaissance du "Paris populaire", et André Gill, célèbre caricaturiste au journal L'Eclipse qui lui ouvre les portes du "Paris mondain". Les trois protagonistes sont en scène,le drame peut se jouer, nul n'en sortira indemne...

Michaël Le Galli et Marie Jaffredo se sont inspirés d'oeuvres picturales et photographiques de l'époque pour nous offrir le décor plus vrai que nature des Damnés de Paris. Le Paris fascinant de la fin du XIXe siècle et des grands travaux d'Haussmann ; le Paris des impressionnistes et des écrivains, dont Émile Zola sert de référence à cette histoire ; le Paris des débuts de la photographie avec Nadar. Mais aussi un Paris au bord du gouffre, précédant de peu les événements de la Commune, la guerre et le déclin du Second Empire.

mon avis

Les damnés de Paris, comme son titre l'indique, est une BD d'un genre dramatique.
Cela raconte l'histoire d'une femme qui vient séjourner à Paris dans le but de retrouver son fils conçu hors mariage avec un noble alors qu'elle n'était qu'une simple jeune fille de la petite bourgeoisie. Son fiançé a été écarté et l'enfant lui a été retiré à sa naissance afin qu'il soit adopté.
On retrouve ici le Paris de la fin du XIXè siècle avec ses artistes et écrivains, son gavroche, son beau monde et ses moins beaux quartiers, le Paris fascinant et le misérable.
Les dessins sont très réussis et les tons pastels très jolis. Ils recréent visuellement tout l'esprit d'une époque.
L'aspect dramatique des événements m'a été difficile quand même. Des passages sont très tristes dans leur cruelle réalité. Même s'ils sont probables, il m'était un peu pénible qu'ils se concentrent tous sur la même personne, en l’occurrence l'héroïne.
Cela reste tout de même une lecture que j'ai trouvé intéressante pour son côté historique et la beauté des images, la couverture étant magnifique.

- Ah ! Il en sort deux, il en rentre deux autres ! Voilà Claude et Auguste qui arrivent !
- A droite, Auguste Renoir, et celui de gauche c'est Claude Monet. Ce dernier a eu moins de chance que Manet.
- Sa "pie" a été refusée au salon. On lui reproche d'être plus préoccupé de perception que de description. Sottises !

Encore des travaux ! Grand Dieu, mais cette ville n'est donc qu'un vaste chantier à ciel ouvert !

Publié dans BD historique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article