Sauver Noël, Romain Sardou

Publié le par LadyRomance

Sauver Noël, Romain Sardou

Publié en novembre 2006 chez XO Editions, 241 pages - Publié chez Pocket Editions le 2 octobre 2008.

Thèmes - Epoque Victorienne - Londres - Noël - Père-Noël - Conte - Fantastique - Magie - Féérie...

Pour sauver Noël, une gouvernante de choc et un petit garçon avisé vont faire alliance contre le Mal.........
1854, à Londres. Gloria Pickwick, femme au tempérament énergique, aussi ronde que rousse, est une perle rare : gouvernante, cuisinière, préceptrice des enfants, elle tient la vaste maison de Lord Balmour d'une poigne affectueuse.
Aussi regarde-t-elle d'un oeil suspicieux leur nouveau voisin, l'étrange baron Ahriman. Mille rumeurs courent le quartier. Qui est ce baron ? Il refuse toutes les invitations, ses volets restent clos......
Parfois une diligence menée par six cheveaux noirs conduit des gens chez lui, des gens qu'on ne revoit jamais !
Arrive le 24 décembre. Tous les enfants, des fils de Lord aux filles de lingères, se couchent en rêvant au lendemain. Mais le Père Noël ne vient pas. Aucun cadeau au pied des sapins illuminés. Une vague de tristesse submerge Londres. Une maison, et une seule, fait la fête ce jour là, avec un tapage insolent. Les voisins étranges.
C'en est trop pour Gloria, qui prend l'affaire en main. Et Harold, un petit garçon futé, s'engage avec elle dans l'aventure, amenant des renforts insolites : des lutins, une fée, des oies douées de paroles et bien d'autres encore.
L'objectif de cette drôle de troupe : sauver Noël ! Si c'est encore possible........

 

mon avis

Sauvez Noël est un très joli conte de Romain Sardou où l'on retrouve toute l'ambiance de Dickens dans le Londres  de 1854. Cela raconte l'origine de l'histoire du Père-Noël selon laquelle il aurait été créé et envoyé sur Terre illégalement par les peuples du Bien. Ils ont envoyé par la suite le sapin de Noël illuminé etc...

Le fait est que d'ordinaire, dans la constellation du Petit cheval où vivent les créatures magiques telles que elfes, fées et licornes, ayant vécus sur Terre auparavant, il est interdit d'intervenir sur notre planète de quelque façon que ce soit. Mais, les peuples du Bien ont failli à la règle et ont déclenché par cette intrusion le Mal à son tour sous les traits du baron Ahriman. Car celui-ci vient s'installer dans la demeure attenante à celle de la vaste maison de Lord Balmour dont la gouvernante Glora Pickwick s'occupe. D'un caractère bien trempé et d'une énergie à toutes épreuves,  Gloria mène de main de maître ses multiples taches dans la demeure.

Le baron Ahriman et ses créatures du Mal vont s'occuper de la disparition du Père-Noël, ce qui met dans la consternation tous les enfants au matin de noël qui ne trouvent aucun cadeau au pied du sapin. Avec ces êtres malfaisants, apparaissent aussi d'horribles misères, à commencer par la séquestration et la mort certaine qui attendait Harold, un petit garçon futé. Alors que Gloria Pickwick l'arrache au baron, elle se trouve désigner avec l'aide d'Harold, de lutins, d'une fée et  des oies douées de parole... pour sauver Noël !

En période des fêtes de fin d'année, ce conte magique, mêlant ténèbres et merveilles sous des airs d'antan à la Dickens dans le Londres de la moitié du XIX° siècle, est tout trouvé pour faire rêver pour petits et grands !

 

"Cet arrêt vaut pour les peuples du Bien comme pour les peuples du Mal, poursuivit la fée. A moins, bien entendu, que l'un ou l'autre ne brise cette interdiction.
- Et c'est ce que vient de faire le baron Ahriman ?
- Non. Non, hélas !..."
La fée Dora secoua la tête.
"C'est nous qui avons eu cette audace les premiers. L'an passé, nos avons osé créer le nouveau personnage du Père-Noël."
Le front de la fée Dora se plissa.
"Les démons l'ont su, et à présent ils sont de retour parmi les humains. Après presque un millénaire d'absence. Et ce, par notre faute ! Nous avons commis une incursion imprudente, ils ont désormais le droit d'en commettre une. Ils profitent de notre forfait..."

L'on pense à tord que la mort est un bond dans l'inconnu. C'est tout le contraire. La mort est un retour dans un monde familier. Le bond dans l'inconnu, voyez-vous, c'est la vie justement... Mais cela, on ne le découvre que bien tard...

Publié dans Roman historique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article