La chorale des dames de Chilbury, Jennifer Ryan

Publié le par LadyRomance

Publié le 14 mars 2018 aux Editions Albin Michel, 463 pages.

Thèmes : Roman épistolaire - Campagne anglaise - Seconde Guerre mondiale - Destins de femmes - Satire sociale - Humour Britannique...

1940. Un paisible village anglais voit partir ses hommes au front. Restées seules, les femmes affrontent une autre bataille : sauver la chorale locale pour défier la guerre en chantant. Autour de Miss Primrose Trent, charismatique professeur de chant, se rassemble toute une communauté de femmes, saisie dans cet étrange moment de liberté : Mrs Tilling, une veuve timide ; Venetia, la "tombeuse" du village ; Silvie, une jeune réfugiée juive ; Edwina, une sage-femme qui cherche à fuir un passé sordide.

Potins, jalousies, peurs, amours secrètes....Entre rires et larmes, Jennifer Ryan, s'inspirant des récits de sa grand-mère qui a vécu le conflit depuis un petit village du Kent, sonde les âmes de ce choeur que vous n'êtes pas près d'oublier. Un petit bijou d'intelligence et d'esprit typiquement british, dans la lignée du Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates et de La dernière conquête du major Pettigrew.

mon avis

La chorale des dames de Chilbury est un roman épistolaire agréable à lire, on veut connaître la suite mais il souffre un peu de ses personnages stéréotypés.
L'histoire se situe au début de la Seconde Guerre mondiale dans un village de la campagne anglaise. On se familiarise avec quelques personnages aux personnalités très diverses. Durant cette période, on encourageait les femmes à écrire un journal intime pour les aider à vivre ce moment inédit difficile à supporter. Ici, nous avons donc l'histoire qui se révèle grâce  au journal intime tenu par Kitty, une jeune fille de douze ans, et celui de Mrs Tilling, une veuve dont le fils de 18 ans vient d'être appelé à la guerre. D'autres personnages vont écrire des missives qui permettent de dévoiler bien d'autres intrigues, et pas des moindres.
C'est une lecture que j'ai trouvé plutôt sympathique mais il m'a manqué quelque chose pour lier le tout. C'est dommage parce que le roman possède quelques aspects intéressants, des choses très valables mais je n'ai réellement réussi à m'attacher qu'à Mrs Tilling qui cantonne un colonel, veuf également comme elle. J'ai bien aimé l'évolution de son personnage qui montre comment à travers ce qu'elle vit dans la place que prennent peu à peu les femmes dans cette guerre, elle comprend que ce qu'elle acceptait jusqu'alors comme un fait établi au sujet du rôle de la femme, peut être remis en question. Mrs Tilling est l'héroïne du roman en quelque sorte. Je dis "en quelque sorte" parce que cela ne m'a pas paru comme une évidence. Pour être honnête, je ne l'ai vraiment compris que très tard, me demandant quel était le fil conducteur de tout ça. C'est peut-être là que s'est trouvé le nœud du problème avec ce roman pour pour moi car ce personnage et son histoire ont trop manqué de relief, n'ont pas été assez significatif dans ce rôle principal de l'histoire.

En résumé, La chorale des dames de Chilbury est un roman qui mélange le genre épistolaire et le genre journal intime concernant certaines villageoises d'une petite communauté de la campagne anglaise dont les femmes doivent apprendre à changer de mentalité afin de se débrouiller sans les hommes et à se serrer les coudes. Elles vont former une chorale qui va les aider à surmonter leurs difficultés. Sympathique à suivre, l'histoire souffre néanmoins de quelques personnages trop stéréotypés et d'un lien efficace dans une héroïne qui manque un peu de relief. Parce que même si ce lien, on comprend qu'en fait il s'agit de la chorale et du chant, il est insuffisamment mis en évidence également, pas assez à mon goût du moins. Peut-être à cause d'un manque de style, je ne sais pas. Cela reste cependant une agréable lecture à l'humour anglais bien présent.

 

"Dans ma jeunesse, a commencé Prim, j'ai voyagé en Italie et c'est là que j'ai appris un autre type de chant. Un chant destiné à apporter la paix et l’acceptation du cycle naturel de la vie et de la mort. La psalmodie." Elle a tendu les mains de chaque côté. "Donnons-nous la main et formons un cercle complet."

J'ai compris alors ce que c'est qu'être adulte : apprendre à trancher face à une série de choix désastreux et s’accommoder au mieux de l'horrible compromis qui en découle. Apprendre à sourire, à se montrer sous son meilleur jour alors qu'autour de soi le monde s'écroule intégralement, devient un lieu de solitude, une photographie sépia des illusions d'antan.

C'est étrange, la façon dont un moment de chant nous lie. Chacune était là, perdue dans son monde, avec ses problèmes, et tout d'un coup, ceux-ci ont paru se dissoudre et nous avons pris conscience que nous étions ensemble, ici et maintenant, en train de traverser cette épreuve et de nous soutenir mutuellement. C'est tout ce qui compte.

Publié dans Roman historique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Lou 05/08/2018 12:07

J'ai bien accroché pour ma part, même si ça aurait pu être un coup de coeur avec un je ne sais quoi en plus qui m'a manqué sur la fin. Je me suis permis de mettre un lien vers ton billet dans mon article. Bel été à toi !

LadyRomance 06/08/2018 09:39

Merci Lou, je t'en remercie ! Je me suis abonnée à ton blog mais j'aimerais aussi le suivre sur facebook. Il y a t-il une page qui lui est consacré ? Bonne journée Lou !