Bienvenue à High Rising, Angela Thirkell

Publié le par LadyRomance

Publié le 2 octobre 2018 aux Editions Charleston, 248 pages, 18 euros.

Thèmes : Campagne anglaise - Gentry anglaise - Années 1930 - Comédie de mœurs - mariage - Humour anglais...

Noël 1930

Alors que Laura Morland, romancière à succès, n'aspirait qu'à quelques semaines de repos loin de l'agitation londonienne, la voilà plongée au cœur des intrigues de la vie de campagne. Son cher ami, le riche George Knox, est la proie d'une sournoise secrétaire, déterminée à s'élever au-dessus de son rang en se faisant épouser. Laura saura-t-elle le tirer de ce mauvais pas ? Et par la même occasion aider la jeune et innocente miss Sibyl Knox à conclure le mariage dont elle rêve depuis toujours ?

Une délicieuse comédie de mœurs au cœur de la gentry anglaise.

mon avis

Bienvenue à High Rising est une comédie de mœurs au cœur de la gentry anglaise des années 1930. Le ton est allègre et les dialogues m'ont évoqué le genre théâtral. Cela donne à l'ensemble un rythme dynamique avec des répliques qui font mouche et des situations cocasses.
L'héroïne Laura Morland, une romancière de 45 ans, veuve, se montre fine et alerte. Elle intervient au centre d'un groupe d'amis et de connaissances avec esprit et bienveillance. Sa modestie et son naturel désopilant la rendent très attachante.
Son ami, le riche George Knox est lourdement convoité par sa secrétaire Miss Grey qui donne bien du souci à tout l'entourage de Mr Knox. Voulant s'élever au dessus de son rang, Miss Grey, avec son comportement déplacé, agace et provoque les craintes de la jeune et innocente Sybil Knox, orpheline de mère, qui pourrait bien se retrouver avec une belle-mère du fait de l'inconséquence et de la naïveté aveugle de son père. Miss Sybil, elle, rêve de se marier avec l'éditeur de Laura, cette dernière étant prête à donner un coup de pouce  du destin à sa protégée.
Vous l'aurez compris, Bienvenue à High Rising est un roman de Angela Thirkell dans la pure tradition anglaise qui fut un grand succès lors de sa première parution en 1931. On se plait dans cette campagne où l'amitié dans la gentry a toute son importance et où l'on se donne le change au sujet de la convoitise des uns et les amours des autres. Les personnages, charmants et sympathiques, évoluent dans un monde qui commence à évoluer avec des différences sociales moins marquées, ce qui provoque bien souvent à leur insu des situations ou des paroles comiques. Un régal du genre pour les amateurs de romans à l'humour so british !

 

- Si vous écrivez vraiment un roman, j'aimerais beaucoup le lire quand vous l'aurez terminé.
- Vous risquez de ne pas l'apprécier, l'avait prévenu Laura de sa voix suave. Il n'a rien d'intellectuel. L'écriture est pour moi un gagne-pain. Voyez-vous, de son vivant, mon mari était un boulet. Naturellement, il m'est encore moins utile à présent qu'il est mort, même s'il me coûte moins cher. Mais l'idée m'est venue que, si je parvenais à commettre de bons mauvais romans, je pourrais peut-être financer les études de mon fils.
- De bons mauvais romans ?
- Oui. Des romans médiocres, mais bons dans leur genre : des romans de seconde zone. C'est tout ce dont je suis capable, lui avait-elle expliqué avec le plus grand sérieux.

Miss Grey était fort habile pour se faire apprécier de la vieille Mrs Knox, précieuse alliée potentielle. Mrs Knox avait souvent déplorée ouvertement que George n'exprime aucune volonté de se remarier. Sans doute était-elle trop attachée à Sybil pour la voir affublée d'une marâtre de son âge, mais, si Sybil épousait Adrian, George se retrouverait seul et la vieille dame serait encline à le pousser dans les bras de miss Grey. Cela ne ferait peut-être guère de différence pour George, qui n'était pas homme à se soucier d'être marié ou pas. Pour les amis de l'écrivain, en revanche, ce serait une autre histoire.

Publié dans Roman historique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article