Mrs Caliban, Rachel Ingalls

Publié le par LadyRomance

Publié le 7 mars 2019 aux Éditions Belfond (Collection Vintage), 128 pages, 16 euros.

Thèmes : Parabole - Émancipation de la femme - Amour...

Dorothy se languit. D'action, d'amour, d'enfants. Jusqu'à ce qu'une gigantesque créature débarque chez elle. Une créature qui dit s'appeler Larry et avoir besoin d'aide. Une créature qui va bouleverser son existence...
Parue en 1982 aux États-Unis et encore inédite en français, une fable saisissante d'imagination, comparée par les critiques aussi bien à King Kong, à La Belle et la Bête, au Magicien d'Oz, qu'aux récits d'Edgar Allan Poe, aux contes de fées d'Angela Carter ou encore aux œuvres hallucinées de David Lynch. Inspirée par la deuxième vague féministe, Rachel Ingalls brosse le portrait d'une jeune femme qui se libère d'un quotidien monotone et castrateur, se découvre, émotionnellement, sexuellement, et existe enfin.

Une pépite Vintage à redécouvrir au plus vite !

mon avis

Mrs Caliban est un court roman assez à part. Il s'agit d'une parabole de la libération d'une jeune femme prénommée Dorothy, mariée, qui a vu son jeune fils mourir lors d'une allergie à une anesthésie pour une appendicite, et qui a perdu également un bébé. Ces tragédies successives ont mis à mal l'équilibre de son couple, son mari devenu apathique la délaisse. Elle mène une vie routinière monotone avec pour seul échappatoire ses échanges avec son amie Estelle, divorcée avec deux adolescents à charge, qui mène à l'inverse une vie trépidante. Curieusement, Dorothy semble entendre à la radio des annonces particulières et insolites qui la concernent personnellement. Un jour débarque chez elle une créature haute de presque deux mètres ayant à la fois des caractéristiques de l'homme et de la grenouille disant s'appeler Larry. Voulant fuir des scientifiques ayant pratiqués des abus et des expérimentations sur lui, elle le cache chez elle et développe une relation avec lui.
C'est un roman très particulier avec un style aux phrases simples et très courtes, sans chapitres. Les pages défilent les unes après les autres donnant un rythme spécial à l'histoire comme pour la rattacher au quotidien jusqu'à la fin avec son lot de surprises.
C'est une tranche de vie d'une femme ordinaire vivant un événement extraordinaire en lui donnant une place bien réelle dans son quotidien de façon tout à fait naturelle. On peut aimer ou détester mais je ne crois pas que l'on puisse y être indifférent. Il est très intéressant et surprenant dans son étrangeté avec ses messages pertinents sur le monde. Il nous renvoie à l'image d'une société souvent ambigüe et dissonante. De l'homme ou de la créature nous paraissant étrange car inconnue, laquelle possède le plus d'humanité et l'autre l'ignominie ?
Ce roman paru pour la première fois aux États-Unis en 1982 était inédit en français. Il a inspiré à Guillermo del Toro son film La forme de l'eau que je n'ai pas vu et que j'aurais encore plus envie de connaître maintenant.

 

Elle revint rapidement dans la cuisine pour s'assurer de retirer le fromage du gril à temps. Elle avait à moitié traverser le lieu sûr qu'était sa belle cuisine dallée d'un lino à carreaux quand la porte vitrée coulissa et qu'une créature pareille à une grenouille géante de presque deux mètres joua des épaules pour entrer dans la maison, puis se planta devant elle, immobile, les jambes légèrement fléchies, et la regarda droit dans les yeux.

- Tu sais, c'est merveilleux de voir un autre monde. C'est différent de tout ce que tu as pu imaginer. Et dans ce monde, tout est harmonieux. Même en rêve, tu ne pourrais pas le concevoir, et pourtant il semble fonctionner, et tout est lié jusqu'au plus petit élément. Tout sauf moi. Si je savais que je n'allais rester qu'un court moment, ce serait l'expérience la plus excitante qui soit - un miracle dans ma vie. Mais savoir que c'est pour toujours, que je serais toujours ici sans pouvoir m'intégrer, et que je ne pourrai jamais rentrer chez moi..."

Publié dans Roman Contemporain

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article