L'île aux mille sources, Sarah Lark

Publié le par LadyRomance

Publié le 5 juin 2019 aux Editions de l'Archipel, 461 pages, 23 euros.

Thèmes : XVIIIème siècle - Colonie anglaise - Jamaïques - Plantation de canne- Amour - Aventure - Mariage de raison - Esclavage - Révolte - Saga - Destinée de femme forte...

Londres, 1732. Nora, la fille d’un riche négociant, a perdu Simon, son premier amour, avec qui elle rêvait d’horizons lointains. Pour satisfaire ses envies d’exotisme, la jeune femme accepte d’épouser un veuf bien plus âgé qui possède une plantation en Jamaïque.

Nora embarque alors pour les Caraïbes, à la découverte d’une île enchanteresse. Mais, bien vite, elle déchante : les conditions de vie des esclaves dans les champs de canne la révoltent.

Décidée à faire évoluer les mentalités, Nora pourra compter sur le soutien de Douglas, le fils d’Elias. Mais la révolte gronde, qui pourrait bouleverser à jamais la vie de Nora.

Avec cette nouvelle saga, Sarah Lark nous entraîne sur les pas d’une héroïne forte et attachante, à la découverte de contrées lointaines où tout reste à inventer, à commencer par sa propre destinée.

mon avis

L'île aux mille sources est un superbe roman d'évasion avec secrets de famille qui se déroule en Jamaïque au XVII siècle.

L'histoire est celle de Nora Reed, une jeune femme de bonne famille, qui commence en Angleterre en 1729. Elle est amoureuse de Simon Greenborough, le secrétaire de son père, un riche négociant. Ils nourrissent tous deux des rêves d'ailleurs et d'aventure, d'une vie simple sur une île avec un poste dans une colonie pour Simon. Cependant, lorsque Simon demande sa main à son père, malgré sa bonne éducation et son ancien titre de noblesse qu'il a perdu avec le domaine familial à cause d'un père qui lui a laissé des nombreuses dettes après sa mort, il essuie un refus catégorique. Fortement ébranlé, il meurt d'une tuberculose malgré les soins apportés par Nora. Elle trouvera alors dans l'aide qu'elle apportera aux pauvres gens de l'East End en nourriture et en soins médicaux  auxquels elle se forme auprès d'un médecin, l'énergie qui lui permettra après deux ans de deuil d'épouser Elias Fortnam, maître d'une plantation de canne à sucre en Jamaïque plus pour suivre l'âme de Simon que pour Elias. Une fois installée, Nora devra s'adapter à la vie de maîtresse de maison au milieu d'une plantation dont elle va découvrir les conditions révoltantes de vie des esclaves. Elle jouera le rôle de médecin mais se trouvera vite malgré elle imbriquée dans des histoires de convoitise et de jalousie. Cependant, avec Doug, le fils de son mari qui revient après plusieurs années d'études en Angleterre et la découverte de l'Europe, Nora trouvera un certain réconfort et le soutien dont elle a besoin pour faire évoluer les mentalités. Mais les passions et trahisons des uns et la révolte des autres vont mener Nora à connaître bien des tourments...

Sarah Lark, l'autrice de la trilogie du Nuage Blanc et des Rives de la terre lointaine qui se déroulaient toutes deux en Nouvelle-Zélande frappe très fort avec ce début de nouvelle saga qui se passe dans les Caraïbes. Je la préfère encore davantage aux deux premières. Mon seul reproche c'est qu'elle s’étale un peu trop à mon goût en longueur dans la dernière partie que j'aurais apprécié plus concise. Mais sinon, c'est une saga d'évasion originale, efficace et prenante, riche en aventures et en rebondissements avec une héroïne courageuse très attachante.

Un premier tome tout en émotions qui présage d'une formidable nouvelle saga !

 

Même si la maison était séparée de la mer par un jardin et une petite forêt, on jouissait depuis le premier étage d'une vue imprenable sur la plage et l'immensité de l'océan.
- Comme c'est beau ! s'exclama Nora. Non, je devrais plutôt dire magnifique !
- Oui, madame, répondit Maanu, beaucoup moins euphorique. Madame besoin quelque chose ? Vêtements, coiffure ? Déjà fait pour invitées, bonne de Lady Hollister montrer moi.

Nora feignait de ne pas s'intéresser aux bals et autres mondanités auxquels elle accompagnait son père. Mais au fond, ces sorties lui plaisaient, elle aimait la danse et les belles toilettes. Toutefois, elle ne se laissait séduire par aucun des jeunes hommes qui remplissaient son carnet de bal. Nora Reed attendait impatiemment de danser son premier menuet avec Simon et se prit même à rêver d'un Nouvel An sous les tropiques. On entendait parler jusqu'à Londres des soirées féeriques que les planteurs de canne à sucre donnaient dans leurs demeures des Caraïbes.

Publié dans Roman historique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Janine PALATIN 20/06/2019 11:47

Belle chronique intéressante. Mais attention, ton titre est faux ! (ce qui est dommage pour les recherches)