Une promesse si fragile, Nicole Provence

Publié le par LadyRomance

Publié le 18 avril 2019 aux Editions De Borée, 303 pages, 19.90 euros.

Thèmes : France - Var - Fin XIXème siècle - Conventions - Mariage obligé - Amour impossible - Fratrie - Jalousie - Espoir - Industrie textile - Chapelier...

Camps, dans le Var, en France, 1873.

Dans le village niché au pied de la barre rocheuse de Saint-Sébastien, l'activité du feutre tient la première place. Francis Gastellan, propriétaire des deux plus grandes entreprises de la région, l'une de fabrication du textile, l'autre de mise en forme et de décoration de chapeaux, règne sur la vie de ses ouvriers.
La belle et charmante Naïs, couturière et fille du contremaître Joseph Caspado, est convoitée à la fois par Francis et par Césaire, les fils du grand patron.
Mais seul l'un d'eux obtient ses faveurs. La jalousie puis la haine animent le cœur de l'héritier du patrimoine familial. L'aîné et le benjamin entament une guerre sourde qui pourrait engendrer des répercussions lourdes de conséquences.
Obligée de se soumettre à l'autorité de son père, Naïs se battra pourtant contre vents et marées pour vivre son amour dans les bras de celui qu'elle aime depuis toujours. Les jeunes amoureux réussiront-ils à se libérer de la puissante emprise des conventions et à unir leur destinée ?

Mon avis

Une promesse si fragile est un très bon roman qui mêle à la fois le genre terroir et romance. Le récit est singulier et surprenant avec pourtant un thème plutôt classique traité ici avec beaucoup d'originalité et de passion.
Cela raconte l'histoire de deux jeunes gens, Naïs, 17 ans, et Césaire, 22 ans, qui s'aiment en secret, si fort que Césaire ne peut plus attendre pour demander la main de la jeune fille à son père. Mais Francis Gastellan, son frère aîné, qui le jalouse férocement le devance. Il voue à son frère cadet une haine sourde et le rejette car c'est lui qui possède le don de trouver les idées pour faire évoluer et fructifier l'entreprise familiale dont Francis va hériter. Il ne supporte pas que leur père puisse vouer de l'admiration à un autre que lui bien qu'il soit pourtant son préféré du fait que la succession des usines familiales de renom lui revient depuis toujours de droit.
Lorsque le père de Naïs, ouvrier reconnaissant de l'entreprise Gastellan se voit demander la main de sa fille par le fils aîné de son patron, il se sent si honoré et flatté qu'il accepte aussitôt et oblige sa fille à se marier. Naïs refuse ce mariage bien entendu mais se désolant de ne pas voir Césaire intervenir, elle croit qu'il ne l'aimait pas autant qu'elle le pensait. Son père ne voulant pas perdre la face devant son patron et convaincant sa fille d'une chance pareille, seule contre tous, sous la pression des deux familles, Naïs finit par épouser Francis. Mais, c'est sans compter sur Césaire qui ne se laissera pas abattre par le terrible coup bas de son frère et prépare sa revanche de façon loyale, fidèle à ses convictions. Quant à Naïs qui va vite vivre un enfer ne va pas non plus se laisser aller à la fatalité. Elle prendra d'énormes risques pour vivre néanmoins son amour avec Césaire n'écoutant que son cœur. Mais Francis veille et sa jalousie maladive pourrait avoir de graves conséquences...
Le cadre est superbe dans le Var de la fin du XIXème siècle, en 1871 plus précisément, dans le village de Camps, appelé depuis 1936 Camps-la-Source, avec son vallon et ses collines qui le ceinturent. Il se trouve près de Brignoles dans la Provence Verte.
C'est une très belle histoire d'amour contrariée que nous offre Nicole Provence avec ce roman dans lequel elle a su avec brio, allier le côté traditionnel au niveau des usages et moderne dans celui des ressentis. Car la relation entre Naïs et Césaire est remplie de sensualité et de pureté à la fois car elle est guidée uniquement par l'amour et la passion.
Ponctué de rebondissements, le roman alterne moments de douceur et de fraicheur dans un contexte plus obscure. C'est un très agréable roman à lire pour voyager dans le pays varois de la fin du XIXème dans le monde du textile, de la chapellerie et de la couture, avec la part belle laissée à un amour qui fera tout pour être sauver malgré les pires hostilités dues à la jalousie.  

J'ai lu la version des Editions JCL publiée le 11 octobre 2017, 359 pages que m'a gentiment proposé en service presse et dédicacée Nicole Provence que je remercie.

Elle longea le petit champ de lavande qu'elle avait découvert presque par hasard en se promenant. Il était bien rare en Provence Verte qu'on cultive ces fleurs, sans doute un nostalgique de sa Drôme Provençale avait-il voulu recréer ici le décor de son enfance. Chaque année, Naïs attendait avec impatience leur floraison pour s'en venir cueillir de grandes brassées. Une fois les fleurs séchées, elle les récupérait, les enfermait dans de petits sacs de coton et en garnissait son armoire et les tiroirs de sa commode. Quel plaisir ensuite de humer le linge imprégner de son odeur ! Ce parfum, c'était le parfum de la Provence, celui qui les yeux fermés la conduisait jusque dans les Hautes-Alpes où la lavande poussait en reine. C'était aussi le champ dans lequel elle avait rencontrer Césaire pour la première fois. Depuis, elle associait toujours cette senteur à cet instant de bonheur. Quand ils voulaient se voir discrètement, c'est ici qu'ils se donnaient rendez-vous.

Il se pencha à nouveau au-dessus de la Servi et regarda son reflet, un sourire sur les lèvres, un éclat nouveau dans les yeux. Le reflet de Naïs s'était dissous, mais il savait qu'il la retrouverait, entière et bien réelle. Peu importait où et quand, il fallait simplement y croire.

Publié dans Roman historique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article