La colline aux esclaves, Kathleen Grissom

Publié le par LadyRomance

La colline aux esclaves, Kathleen Grissom

Editions Charleston, publié le 13 janvier 2015, 430 pages, couverture ci-dessus !

Sortie en Poche le 7 avril 2016, couverture ci-dessous !

Thèmes : esclaves noirs, différences raciales, orpheline...

États-Unis, 1791. Après avoir perdu ses parents lors de la traversée de l'Atlantique, Lavinia, une jeune irlandaise de 7 ans, se retrouve domestique dans une plantation de tabac pour rembourser son passage. Placée avec les esclaves noirs de la cuisine, sous la protection de Belle, la fille illégitime du maître, Lavinia apprend à faire le ménage et le service, guidée par l'amour et la force tranquille de sa nouvelle famille. Cependant, malgré tous ses efforts, Lavinia ne peut faire abstraction de sa peau blanche et pénètre peu à peu dans l'univers de la grande maison et côtoie deux mondes que tout oppose. Jusqu'au jour où une histoire d'amour fait tout basculer...

Le petit monde de la plantation est mis à feu et à sang, de dangereuses vérités sont dévoilées, des vies sont menacées...

J'ai beaucoup aimé tout le début de ce roman. Je l'ai trouvé captivant, fascinant... jusqu'à ce que j'arrive vers la moitié du livre où j'ai commencé à me poser des questions, et aux trois-quart, je me suis dit que c'était plutôt assez tiré par les cheveux. Cela devenait de la tragédie pour la tragédie. Je ne doute pas que certaines histoires à cette époque dans une plantation avec des esclaves n'est pas été aussi tragiques. Cela n'a rien à voir avec ça car ceci je peux tout à fait le croire car il est clair que l'esclavage fut sans nul doute une période abominable suivant les plantations et leurs dirigeants. Mais ce n'est pas cela qui n'allait pas dans ce roman. Il y a beaucoup de choses qui ne m'ont pas paru crédibles du tout et que j'ai trouvé aberrantes. Il se trouve que l'auteure a commencé son histoire par le prologue. Elle raconte en note à la fin que c'est réellement le prologue qui lui était venu ainsi en premier. J'ai eu le sentiment en refermant le livre qu'elle s'était arrangé tant bien que mal pour parvenir à ses fins ce qui donne lieu à une suite de circonstances et d'événements menant constamment à plus de drames et de tragédies. Cela n'aurait pas vraiment été un problème si ces événements et circonstances ne m'étaient pas souvent apparus absurdes.Je ne peux pas vous dire vraiment de quoi il en retourne sans spoiler. C'est pour cela que ci-dessous vous trouverez, si vous le souhaitez, les détails sur l'intrigue qui m'ont semblé inadéquates. Attention donc, si vous souhaitez lire le roman sans tout connaître d'avance de ne pas lire la dernière partie ci-dessous après cet avis.

Alors, oui, le récit commence de façon très prometteuse. Je me suis même dit dans la première moitié que cela allait être certainement un roman coup de cœur. Et puis, j'ai déchanté. Les événements devenaient trop absurdement compliquer la vie de ces pauvres gens de façon qui me paraissait improbable et irrationnel.

Le roman pouvait facilement prendre une tournure plus légère même, mais qu'il ne prend jamais, et cela n'aurait pourtant pas empêcher le prologue si cher à l'auteure. Je crois qu'elle était si empreinte des pires histoires qu'elle avait pu entendre ou lire lors de ses recherches pour écrire son roman que cela a pris le dessus. Elle ne voyait même plus, semble t-il, que les motifs qui mènent l'héroïne à certaines décisions n'étaient pas convaincantes du tout et même assez incompréhensibles. En fait, si j'ai bien compris, toute la tragédie de seconde moitié du roman est issue du caractère naïf de Lavinia, l'héroïne. Sauf que la naïveté ne suffit pas du tout à tout expliquer en ce qui me concerne. Cela donne lieu à un questionnement que le lecteur est en droit de se demander. Et puis, à part la communauté noire de domestiques et d'esclaves qui ont une situation très particulière, et soit dit en passant, sont très bien réussis, je ne m'explique pas que les personnages soient si peu entreprenants, sans initiative ni bravoure, voire carrément plan plan. Mais la fin reste encore le pire car l'auteure nous laisse avec un goût d'amertume qu'elle ne cherche même pas atténuer. Après tout ce que les personnages ont eu à subir et dont les motifs sont déjà très discutables à l'origine à mon avis, de la douceur aurait été la bienvenue avant de terminer le livre car là c'est fait de façon très abrupte. Alors, bon, il se trouve que pour Kathleen Grossom, c'est son premier roman. Ceci explique peut-être cela ! Je me suis étonnée que les Editions Charleston ait privilégié le côté fascinant il est vrai de cette intrigue qui se fait au détriment d'une certaine véracité plausible du caractère de quelques personnages.

Finalement, c'est une grosse déception qu'un roman semble si prometteur pour une bonne moitié et se casse la figure ainsi. Les héros semblent tous être passés à côté de leur vie sans exception d'où une grande frustration pour le lecteur. L'auteure n'a pas su ou pas voulu leur donner le courage et la bravoure pour se dépasser et se révéler autrement que dans la fatalité, même à des moments où cela restait encore tout à fait possible à mon avis. J'ai entrevu parfois d'autres issues, une action ou une parole qui aurait permis une autre tournure des événements. Comme si les personnages étaient un peu tous stupides ou éteints et sans envergure aucune ! J'ai vraiment eu l'impression d'une auteure qui avait abandonné ses personnages à leur triste sort comme un capitaine qui abandonne le navire. Pour moi, l'auteure elle-même est passé à côté de son roman.

Face à ce constat plutôt consternant, je me suis demandée ce que d'autres avaient pu bien en penser. Et, j'ai découvert des avis allant de personnes pour qui cela avait été un coup de cœur à des avis plus mitigés, voire proche du mien.

Alors, si vous décider de lire ce roman, à vous de vous faire votre propre idée que je serais ravie de connaître !

La colline aux esclaves, Kathleen Grissom

ATTENTION SPOILER !

NE PAS LIRE SI VOUS SOUHAITEZ LIRE LE ROMAN

Alors, nous voici dans cette partie où je peux vous faire part plus en détail sur ce qui m'a "chagriné" dans ce roman. Pour plusieurs raisons, j'ai trouvé de multiples aberrations.

Durant ma lecture, certains questionnements me sont apparus mais sans plus car je pensais que je comprendrais par la suite ce qu'il en serait. Mais, ce ne fut jamais le cas.

Alors que Lavinia, l'héroïne, a vu de ses propres yeux Marshall, le jeune fils du capitaine, propriétaire de la plantation, prostré dans les latrines à moitié dévêtu, qu'elle soit partie chercher de l'aide et que le tuteur à l'origine de ces sévices finisse par être tué sous silence par la communauté noire, je m'étonne qu'elle en ai jamais déduit que Marshall pouvait avoir une attitude violente relative à ce vécu passé. Elle avait pourtant également surpris une fois des bruits suspects et des coups sous la fenêtre de la salle d'étude qui laissaient supposer que Marshall subissait des violences physiques et verbales. Pourtant elle n'en a jamais rien déduit, et elle ne fera aucun lien entre les comportements emportés et violents de Marshall juste avant de l'épouser et les événements qu'il a subi et qu'elle connaissait pour les avoir surpris. Elle n'évoquera jamais non plus ce sujet avec lui ni avant de l'épouser ni après et rien ne vient expliquer pourquoi comme si ces événements n'avaient jamais eu lieu. A moins d'en avoir été amnésique, mais l'auteure n'a jamais parlé de ça, de tels événements ne peuvent pas laisser indifférent comme elle semble les avoir vécu. Je m'étonne d'ailleurs aussi qu'elle n'est jamais entendu de discussions au sujet de Marshall chez les adultes noires qui formaient sa famille, ne serait-ce que de façon fortuite.

A propos de Will Stephens, qui porte à Lavinia un amour sincère et est venu jusqu'à Wiliamsbury, notamment pour ses affaires, mais surtout pour lui demander sa main et lui parler de son projet de réaliser une exploitation avec elle près de la plantation de Tall Oaks où se trouve sa famille noire d'adoption, je me suis encore étonnée que Will n'insiste pas le moins du monde pour lui en parler et se montre aussi peu entreprenant, surtout qu'il connaissait les difficultés qui existaient à la plantation qui pouvaient avoir induit Lavinia en erreur. Il laisse tomber le grand amour de sa vie de qui il se savait aimer à une vitesse déconcertante sans avoir absolument rien tenté. Je n'y crois pas une seule seconde ! Pourtant, il lui disait qu'il l'épouserait dès qu'elle en aurait atteint l'âge mais elle ne l'avait pas cru car elle s'était inventé que Belle était enceinte de lui, je ne me souviens même plus pourquoi, c'est dire si c'était léger. Quand bien même, il est difficile pour moi de croire qu'elle n'est jamais songée à poser directement la question aux intéressés préférant croire son imagination alors qu'il s'agit quand même de l'homme qu'elle aime.

A un moment, sa mère d'adoption Mama Mae dit de Lavinia qu'elle est trop naïve, mais à mon avis un caractère naïf c'est trop peu pour expliquer une telle attitude qui mène constamment au désastre. Autant dire que Lavinia manque totalement de discernement, voire a manqué cruellement d'éducation et de communication qui l'aurait rendu ignorante. Pourtant, par ailleurs, elle est sensée et débrouillarde.... chercher l'erreur !!!!

Autre chose ! Pourquoi Will Stephens qui est totalement libre de Marshall, n'a t-il jamais tenté quoi que ce soit ? Peut-être auprès de M Madden, juriste, ami du capitaine qui avait très bien saisi tout ce qui se passait à la plantation ! Il pouvait très probablement trouver le moyen d'intervenir quand la situation s'est profondément dégradée pour Lavinia. Will était quand même très amoureux de Lavinia et ne pouvait rester indifférent à son sort. Etrange qu'il n'ait jamais tenté de l'aider lorsqu'elle sombrait maltraitée par son mari !

Alors voilà, ce sont les principales raisons (car il y en a d'autres encore mais moins importantes !) qui ne m'ont pas convaincu dans cette histoire et m'ont semblé incompréhensibles. Ce qui est certain c'est que j'ai terminé ce roman avec un malaise de par l'histoire elle-même, mais aussi le sentiment que cela ne le méritait pas parce que cela faisait un peu supercherie - un peu comme si on avait souffert pour rien, vous voyez ? - même si je ne doute pas que l'auteure ait été sincère avec elle-même.

Publié dans Saga Historique

Commenter cet article

LadyRomance 08/04/2016 09:57

Merci beaucoup Kitsy ! En effet, le potentiel de ce roman était bien réel et grandiose. C'est pour cela que c'est d'autant plus une immense déception : affligeant !!!

Kitsy 07/04/2016 18:27

Je n'ai pas lu la deuxième partie de ton avis au cas où je voudrais le lire, mais je suis d'accord avec toi sur le fait que c'est vraiment affligeant de voir que certains auteurs font toujours de la tragédie pour de la tragédie sans que l'on comprenne le sens de tout ça. C'est vraiment dommage, car l'histoire semble avoir du potentiel. Et la couverture est sublime en plus. Après il y a beaucoup d'autres fictions historiques que je veux découvrir donc je ne mettrais pas celle-ci en haut de la liste. Merci pour ta chronique en tout cas :)

LadyRomance 08/04/2016 10:00

Je t'en prie Kitsy ! Ma réponse est ci-dessus !

Hamisoitil 07/04/2016 16:49

Pour moi, c'est un coup de coeur ou proche du coup de coeur :)
J'ai passé un bon moment avec tous les personnages même les plus odieux.
http://www.hamisoitil.fr/2015/04/la-colline-aux-esclaves-de-kathleen.html

LadyRomance 08/04/2016 10:10

J'en suis heureuse pour toi ! Merci pour ton partage qui donne une vision différente de la mienne ! Nous ne savons malheureusement rien des personnages que tu qualifies d'odieux parce qu'aucune information n'a été donné sur eux. Le seul que nous connaissons véritablement, je l'ai perçu avec compassion comme la plus grande victime de cette histoire, meurtrie beaucoup trop jeune dans la solitude et l'indifférence pour n'avoir d'autre choix plus âgé que de subir sa vie !

Kitsy 26/03/2016 12:34

C'est exactement le genre de roman que j'aime lire, je suis totalement friande de romans historiques. Je ne connaissais pas du tout celui là en tout cas, je vais l'ajouter à ma wish list :)

LadyRomance 27/03/2016 11:22

Coucou Kitsy, je suis bien heureuse que mon choix de lecture te permette de découvrir ce roman et de le rajouter dans ta PAL ! A bientôt ! Bise