Constance, Rosie Thomas

Publié le par LadyRomance

Constance, Rosie Thomas

Publié le 7 mars 2017 aux Editions Charleston, 424 pages.

Thèmes : Littérature Contemporaine - Adoption - Passé - Histoire de Famille - Fratrie - Angleterre - Bali...

Très loin de son Angleterre natale – et d'un chagrin d'amour auquel elle ne pourra jamais vraiment échapper –, Connie (Constance) s'est créé une nouvelle vie à Bali, dans un endroit idyllique à la végétation luxuriante. Mais lorsqu'elle reçoit un appel de sa soeur Jeanette, mourante, elle se doit de retourner à Londres. Pourtant les sentiments qui les lient ne sont pas des plus simples. L'une était ténébreuse, l'autre, un véritable soleil. Jusqu'à ce qu'elles tombent amoureuses du même homme…

Avec l'amertume de la trahison entre elles, les deux soeurs doivent apprendre à se pardonner. Pourront-elles retrouver les liens partagés lors de leur enfance et dépasser les mensonges ?

mon avis...

Etant peu attirée en général par les romans contemporains, Constance est le style de roman qui contribue à me faire aimer ce genre. J'ai tout de suite apprécié la fluidité de la plume de l'autrice que j'avais découverte dans Le châle de cachemire, un superbe roman. J'ai tout à fait retrouvé ici la qualité autant dans le fond que dans la forme que je lui connaissais déjà.
Constance Thorne a 43 ans lorsqu'elle vit à Bali dans une très belle maison avec une vue de rêve sur une végétation luxuriante. C'est une invitation immédiate pour le lecteur à la sérénité. On adopte très vite cet endroit pour aimer nous y retrouver aussi. Constance travaille dans la musique de film et de publicité. Elle a composé une mélodie qui a fait un gros succès en début de carrière qui lui a assuré sa renommée. Après un tournage près de chez elle avec son amie Angela de Londres, elle part pour l'Angleterre car sa soeur Jeanette de cinq ans son aînée lui apprend qu'elle a un cancer et qu'il lui reste six mois à vivre. Si Constance avait pris le large, c'est qu'elle est amoureuse depuis son adolescence de celui qui est devenu le mari de sa soeur, Bill Bunting, et que ce dernier est attiré par elle. Car s'il ne voyait en elle qu'une enfant lorsqu'il la rencontre a ses 15 ans, il a vite été troublé lorsqu'elle devint une femme.
Le roman aborde avec brio plusieurs sujets. Les différentes façons d'aimer, les liens mère-fille, les liens dans la fratrie, les jalousies, mais aussi l'adoption, l'abandon, les secrets de famille etc... Car si Jeanette est née sourde et nécessite que la vie familiale s'organise autour de son handicap, Constance a du mal à trouver sa place et pour cause puisqu'on lui cache qu'elle a été adoptée à sa naissance suite à un abandon sans laisser de traces.
En parallèle, il y a aussi l'histoire que l'on suit avec autant de plaisir de Roxana venue d'Asie Centrale pour tenter sa chance à Londres et sortir de la pauvreté qui rencontre Noah, le neveux de Constance, le fils de Jeanette et Bill. Ce sont tous les deux de magnifiques personnages secondaires.  C'est une des grandes qualités de Rosie Thomas d'imaginer plusieurs personnages et histoires de qualité sur plusieurs tableaux qui s'entrecroisent.
Constance est un très bon roman qui traite avec beaucoup de justesse de thèmes difficiles mais que l'autrice sait sublimer et rendre lumineux.
C'est une histoire profonde très plaisante à lire que j'ai beaucoup aimé.

Une très belle lecture... !

 

La maison de Connie était adossée au sommet d'une profonde vallée. Sous les pieds de Connie, le terrain descendait vers une gorge, avant de remonter sur le versant opposé, densément boisé, sur un enchevêtrement luxuriant de feuilles, de frondes et d'épines, véritable tourbillon de textures végétales. Dans la lumière naissante, la cime des plus hauts cocotiers se profilait dans le ciel. Au bas de la ravine coulait une rivière, large bande argentée dont s'élevait une brume matinale.

En vérité, Connie aimait Bill Bunting depuis l'âge de quinze ans et Seb n'avait pas été sa première ni même sa dernière tentative pour se persuader du contraire. Elle n'épouserait pas Bill, elle ne le fréquenterait même pas, parce qu'il était le mari d'une autre femme. Il n'abandonnerait pas son épouse et, s'il avait été disposé à le faire, Connie aurait dû cesser de l'aimer. C'était une situation inextricable.

Publié dans Roman Contemporain

Commenter cet article